De l'Histoire à  la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°4 (bis)

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8864

MessagePosté le: 21 Jan 2008 23:50    Sujet du message: AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°4 (bis) Répondre en citant

Aérodrome (secondaire) d’Utique.
11 juin 1943, 5h45


Les pilotes du II/7 qui se sont rassemblés dans la salle d’opération sont d’humeurs belliqueuses. En effet, le débarquement sur Pantelleria est pour ce matin, Et c’est le premier pas vers l’Europe. Les pilotes sont fières, avec ceux du La Fayette, d’y représenter la France Combattante.
Malgré les carences de la logistique Française, les querelles et les turpitudes du commandement d’Alger, le Nice et le La Fayette ont donné toutes satisfaction au commandement Alliés qui a fini par les prendre au sérieux. Pour les pilotes, c’est le débuts, ou le recommencement, de la « vrai » guerre, loin de cette agitation « de bureau », avec ses coups bas et ses mesquinerie.
Le commandant Adams, loin de tout ça, attend que tout le monde s’installe avant d’exposer la mission du matin.
« _Vous allez couvrir la flotte de débarquement pendant son rassemblement et son approche de Pantelleria. Les convois ont appareillé cette nuit et doivent se rassembler en Lima 31.
Vous assurerez la protection du flanc droit (voire la carte) du convoi de 0 à 7 000 pieds, une escadrille de P38 se chargera de la couverture haute et une autre de la couverture moyenne. On mettra une escadrille en l’air, une en alerte et deux en réserve. La SPA 78 (vous) prend la première ronde, La SPA 73 en réserve et les deux escadrilles du La Fayette a cinq minutes. Si rien dans l’heure, on permute, la SPA 78 a cinq minutes avec la N 124 (La Fayette), la SPA 73 en patrouille, la SPA 167 (La Fayette) en alerte immédiate. On continuera comme ça jusqu'à ce soir, après le débarquement. Vous disposez des informations sur la détection, nom du poste : London»
Il se tourna vers la carte.
«_Sur la carte vous pouvez voire le trajet prévues de la flotte, ainsi que les couloirs de passages des Mitchell qui vont préparer le terrain, et qui défileront par escadrille a 12 000 pied espacé de trois en trois minutes, avec leurs escorte. En outre, plusieurs escadrilles de P38 couvriront les hauts.»
Il distribua des feuilles au premier rang, qui firent passer.

«_Voila les code radio du jour. London signalera tout contacte inconnue, mais attention aux méprises, pensez a identifier avant d’engager et n’envoyer qu’une paire sur des contactes isolés dépendant de votre secteur, le contrôle se plante souvent, et courir après un B25 perdu pourrait découvrir la flotte. De toute façon, en cas de raid important, l’escadrille d’alerte sera immédiatement envoyée vous relever ! »
Il marqua une pause.
« N’oubliez pas, chaque chaland est bourré de Canadien. Vous devez faire en sorte qu’aucun avion allemand ne puisse se mettre en position d’attaque ! »
« Des questions ? »



Breifing:

- Groupe: SPA 78
- Station: Utique
- Ordre d'opération N° 4785
- Mission de vol pour:

* Section rouge: ( anti-chasseurs)
- LTN Jean-Louis Eyquem - Spitfire N°1
- CAP Fernand JODAR- Spitfire N°2
- SLT Alexandre MEUNIER (paire de reconnaissance)- Spitfire N°8
- SCH Aimé MARECHAL - Spitfire N°6

* Section blanche: (anti-bombardiers)
- ADJ Bernard CIRCOURTS - Spitfire N°9
- SGT KERVEGUEN - Spitfire N°7
- SGT Michel PASCAL - Spitfire N°5
- SGT Gérard Mansoif - Spitfire N°3

* Section jaune (IA):
- ADJ Robert Charron - Spitfire N°11
- SGT Jean Moribont - Spitfire N° 4
- SGT Albert Dupuis - Spitfire N° 12
- SGT Frank Dumoulin - Spitfire N° 8

- Mission: Couverture de zone.
- Cible: Convoi de débarquement.
- Position de la flotte: Lima 31
- Objectif: Protection du flanc droit (voir la carte) du convoi à basse altitude.
- Limite d'action: Rayon 30 km de la flotte
- Activitées de l'ennemies prévu:

Il faut s'attendre à rencontrer du côté alliés: B-25,P-40,Spitfire MkV, et P-38 Ligthning
Du côté de l'axe: Ju-88 (piqué et palier),He 111( palier et torpilleurs),Bf 109G-6,Fw 190 (Jabos).

La Sicile est défendue par les groupes du JG 53 :

* le I./JG 53 à Catania,
* le II./JG 53 a Comiso,
* le III./JG 53 a Siacca,
* avec en renfort le II./JG 27 basé a Trapani.
Pour le bombardement, les Allemands disposent des:

* KG 30 (son 3ème groupe est en Sicile),
* KG 76 (basé en Sicile),
* KG 54 (En Sicile),
* KG 1 (2 gruppe),
* et les KG 26 et 100, basés dans le sud de la France, peuvent être aussi employés sur la Sicile.

- Activité aérienne: Forte
- Activitée D.C.A: Forte

- Météo:
- Prévisions: clair
- Visibilité: illimitée après brume matinale
- Vent: 135 deg. 3 km/h

- Plan de vol:
- 06:00: décollage
- 06:10: pour Lima 31 Cap 75 à 7 000 pieds pour 6 de boost.
- 07:10: Atterrissage à Utique.

- Rotation d'effectif: une escadrille en l’air, une en alerte et deux en réserve. La SPA 78 prend la première ronde, La SPA 73 en réserve et les deux escadrilles du La Fayette a cinq minutes. Si rien dans l’heure, on permute, la SPA 78 a cinq minutes avec la N 124 (La Fayette), la SPA 73 en patrouille, la SPA 167 (La Fayette) en alerte immédiate.

- Communications codes du jour:
- Appels radio : London
- Tour de contrôl: Paris
- Fréq du contrôl: 153 kc
- Fréq de la tour: 200 kc

Débreifing:

SECRET. FORM F.

COMBAT REPORT.

N° du secteur aérien..........(A)......................................................
N° de l'ordre de patrouille du Flight
ou du Squadron.................(B).............N° 4785....................
Date...................................(C)............11 Juin 1943...........................................
Flight, Squadron.................(D)..............Sqn.326 // GCII/7 SPA 78.........................................
Nombre d'avions ennemis..(E)....................... 30+.............................
Types d'avions ennemis.....(F)......................Ju 88 He 111 Bf 109G.................................
Heure de l'attaque.............(G)..................06:32 / 06:42.....................................
Lieu de l'attaque................(H).....................Est de Parking..................................
Altitude de l'ennemi............(J).......................De 0 à 7000 ft..............................
Pertes ennemies.................(K)......................Voir rapport..................
Nos pertes en appareils.....(L)...........................5.........................
Nos pertes en personnel....(M)............................1 KIA, 2 KIFA..........................
Aide des projecteurs amis..(N 1).......................................................
Aide de la DCA amie...........(N 2).......................Parking............................
Distance et durée des tirs..(P).......................................................
Rapport détaillé..................(R).......................................................

Indicatif Blister Rouge 1.

12 appareils aux décollage de Utique à 6h00. Mise en place à droite de la flotte position Lima 31 Angel 7000 pieds 6h14. Patrouille dans un rayon de 30 Km. Prise de contact Fréq du contrôl: London 153 kc. Premier contacte 6h19 Cap 30 rapport à la position de la flotte avec la couverture haute de P-38 du 1FG 74th. 4 Contactes à 6h23 à 7000 pieds qui étaient en fait un mauvais positionnement de la section Blister jaune de l' ADJ Robert Charron au cap 90 rapport à la flotte après identification de la paire Blister Rouge 3/4 de reconnaissance (convenu voir breifing) du SLT Alexandre Meunier et du SCH Aimé Maréchal. Tir de D.C.A en même temps que l'approche de la paire Alexandre Meunier renforçant la méprise. Un nouveau contacte aperçu au moins à 12 000 pieds au dessus de la section jaune de l' ADJ Robert Charron au cap 105 rapport à la flotte en direction ouest de la flotte. Poursuite pendant 3 minutes de la paire Blister Rouge 3/4 avec l' identification d'un Ju-88 type H qui prit de vitesse les deux Spitfires MkVc. 6h28 regroupement des sections Blister rouge et jaune vertical la flotte reprise de patrouille. Annonce de London de contactes nombreux au Cap 30 rapport à la flotte avec une estimation Angel de 9000 pieds.6h29 ADJ Bernard Circourts et SGT Gérard Mansoif de la formation Blister section blanche rentre en collision. 6H30 engagement de la couverture haute des P-38 du 1FG 74th à environ 20 km de la flotte. Positionnement Blister aux Cap 30 rapport à la flotte. A 6h31 nombreux contacts en direction de la flotte à 10 km Angel 10 000 pieds, monté rapide de Blister de 7000 pieds à 11 000 pieds engagement par la gauche sur 9 Ju-88A-4 insigne "totenkopf". 5 Ju-88 ont été mis hors de combat dont 2 par le LTN Jean-Louis Eyquem. Les 4 autres Ju-88 à 2 km ont été prit en charge par la D.C.A et nous avons immédiatement quitter la zone. 6h34 tentative de regroupement de Blister; mais impossible, nombreux combats à toutes les altitudes en dessous 15 000 pieds; notament des P-38 du 1FG 74th. Annonce de London de contactes nombreux au Cap 90, estimation 30 km rapport à la flotte avec une estimation Angel de 3000 pieds. 6h36 reconnaissance de la paire Blister rouge 1/2 du LTN Jean-Louis Eyquem et CAP Fernand JODAR dans cette zone. Position signalé de Blister rouge 3/4 du SLT Alexandre Meunier et du SCH Aimé Maréchal cap 90 Angel 6000 pieds à 5 km de la flotte. 6h37 6 nouveaux contactes signalé à basse altitude par la reconnaissance Blister rouge 1/2 du LTN Jean-Louis Eyquem et CAP Fernand JODAR; avec plus en arrière et un peu plus haut, 6 autres contactes. Appel radio de Blister rouge 1.Convergeance de deux sections de Blister, la jaune et rouge sur la zone.6h39 première interception de la paire de Blister rouge 3/4 du SLT Alexandre Meunier et du SCH Aimé Maréchal avec des résultats. SOS du SCH Aimé Maréchal, avec ordre en suivant de prendre un cap RTB Paris. 6h40 engagement de la paire Blister rouge 1/2 du LTN Jean-Louis Eyquem et CAP Fernand JODAR derrière 2 Bf 109G-6 saumons d'ailes blancs en ressource. Formation d'un cirque aérien autour de 6 He 111 et des Bf 109G-6 par plusieurs formations alliés. Destruction d'un Bf 109G-6 à 6h41 par le LTN Jean-Louis Eyquem. Regroupement à 6h44 des sections Blister au dessus de la flotte. 6h45 appel radio de London pour la prise de rotation d'effectif. Retour cap RTB Paris Fréq: 200 kc.7h00 SCH Aimé Maréchal atterrisage en urgence, ainsi que pour le SGT Kerveguen à court de carburant. Nouvelle collision au sol pour ces deux appareils.Fuite hydrolique pour le CAP Fernand JODAR atterrissage train rentrer.

Témoignage:
- 3 Ju 88 détruit ou probables:.

Revendications personnelles:
- 2 Ju 88 Probables.
- 1 Bf 109G-6 détruit.

Pertes pour le GCII/7 SPA 78

*Tués sur le champ d'honneur:

- SGT Michel PASCAL
- ADJ Bernard CIRCOURTS
- SGT Gérard Mansoif

Infirmerie:

- CAP Fernand JODAR
- SGT Kerveguen
- SCH Aimé Maréchal

* Pertes matérielles:

- Détruit: Spitfire N°9-Spitfire N°5-Spitfire N°3
- Endomagé: Spitfire N°2 (30%)- Spitfire N°6 (80%)-Spitfire N°7 (50%)

Signature, Grade/Nom/Signature LTN Jean-Louis Eyquem

(Section
O.C. (Flight ---,
(Squadron. no.326 (Free French) Squadron // GCII/7 SPA 78

SECRET. FORM F.

COMBAT REPORT.

N° du secteur aérien..........(A)......................................................
N° de l'ordre de patrouille du Flight
ou du Squadron.................(B).............N° 4785....................
Date...................................(C)............11 Juin 1943...........................................
Flight, Squadron.................(D)..............Sqn.326 // GCII/7 SPA 78.........................................
Nombre d'avions ennemis..(E)....................... 30+.............................
Types d'avions ennemis.....(F)......................Ju 88 He 111 Bf 109G.................................
Heure de l'attaque.............(G)..................06:32 / 06:42.....................................
Lieu de l'attaque................(H).....................Est de Parking..................................
Altitude de l'ennemi............(J).......................De 0 à 7000 ft..............................
Pertes ennemies.................(K)......................Voir rapport..................
Nos pertes en appareils.....(L)...........................4.........................
Nos pertes en personnel....(M)............................1 KIA, 2 KIFA..........................
Aide des projecteurs amis..(N 1).......................................................
Aide de la DCA amie...........(N 2).......................Parking............................
Distance et durée des tirs..(P).......................................................
Rapport détaillé..................(R).......................................................

Indicatif Blister Rouge 3.
A 06h32 et 10 km NE de PARKING, le Squadron engagea 9 Ju 88A sans escorte. Je choisissai l'avion à l'extrême gauche de la formation et délivrai une attaque depuis le dessous, simultanément le Sgt MARECHAL - Rouge 4 - qui l'approchait 3/4 arrières. Nos obus incendièrent le réservoir droit du Ju 88A, qui fut évacué immédiatement. Trois autres Ju 88 furent désemparés par le Squadron avant l'entrée en action de la DCA de PARKING.
Blister Rouge leader (Lt EYQUIEM) m'ordonna de reprendre les Ju 88 à la sortie de la DCA, leader fournissant la couverture avec Blanc. Suivi par le Sgt MARECHAL, je piquai sur un Ju 88 isolé filant NNE au ras de la mer, et attaquai plein arrière haut. Pas concluant; Rouge 4 intervint dans la lancée et mis le feu au Ju 88A qui dérapa et s'écrasa (6h37).

Lors de notre ressource, Rouge leader nous orienta vers des 6 bombardiers torpilleurs approchant depuis l'est. Avec Rouge 4, je me plaçai pour une attaque frontale. Je visai le He 111 leader et tirai 3/4 avant. Mes obus frappèrent le moteur gauche et le cockpit qui vola en éclats. Regardant derrière moi, je vis l'avion piquer dans la mer et s'écraser dans une grande gerbe d'eau (6h39 5 km E PARKING). Alors que nous nous replacions pour un tir arrière, les He 111 lâchèrent leurs torpilles. Des Bf 109 descendirent du soleil et nous dûmes manoeuvrer. 2 He 111 tombèrent sous la DCA. Je saisis l'opportunité d'une courte accalmie pour fonçer sur les 3 restants et attaquai le plus à la traîne par un tir arrière à 60° de déflexion. Je vis mes obus frapper l'emplanture de l'aile droite, et celle-ci se replier (6h40, 2 km NE PARKING). A ce moment Rouge 4 fut endommagé par un Bf 109. Rouge leader intervint pour nous dégager et Rouge 4 rentra à la base. J'aperçus Rouge leader abattre en feu un Bf 109 à 6h40.

Dans la mêlée qui s'en suivit, je repérai un Bf 109G filant vers l'est à faible altitude. Après avoir vérifié mes arrières, j'engageai la surpuissance et le rattrapai en semi-piqué. Je me présentai derrière lui et tirai plusieurs courtes rafales de 200 à 100 yards, crevant ses réservoirs et radiateurs et endommageant fortement sa cellule. Pensant être suivi, je dégageai violemment et laissai ainsi le Bf 109 se traîner vers l'est en perdant de l'altitude.

Je rassemblai au-dessus de PARKING avec Blister rouge leader, et nous rentrâmes à la base.

Le Sgt MARECHAL parvînt à atteindre Utique où il atterrit de force.

Témoignage:
1 Ju 88A détruit par le Sgt MARECHAL.
1 Bf 109 détruit par le Lt EYQUIEM.

Revendications personnelles:
1 Ju 88A détruit partagé 1/2
2 He 111H détruits
1 Bf 109G endommagé


Signature, Grade/Nom/Signature Slt A. MEUNIER

(Section
O.C. (Flight ---,
(Squadron. no.326 (Free French) Squadron // GCII/7 SPA 78

SCH Aimée Marechal

Indicatif Blister Rouge 4 (ailier du SLT Meunier indicatif "Rouge 3")

A 6h32 , le squadron engage une dizaine de Ju88 qui à notre grande surprise n'a pas d'escorte !
Avec mon leader nous engageons un Ju88 qui se trouve à gauche de la formation et l'ammochons serieusement au point que l'équipage l'evacue tout de suite ...
Blister Rouge Leader nous ordonne de refaire une passe sur les Ju88 à la sortie du rideau de DCA , la section Blanche reste en couverture au dessus de nous .
Nous nous dirigeons vers un Ju88 isolé , Rouge 3 rate sa passe et dans ma lançée j'achève l'appareil Allemand (6h37 , temoin Rouge 3).

Nous sommes ensuite dirigé vers 6 He111 "torpilleurs" , nous effectuons une passe 3/4 avant , Rouge 3 fera mouche à plusieurs reprises , pour ma part j'endommage un He111 (plusieurs impacts cockpit et empennage arrière).
Dans un court moment nous réengageons 3 He111 , Rouge 3 en touche un dont les ailes se replient en deux puis s'abime en mer.
Dans notre lançée nous sommes engagé par un Bf109 qui me touche à plusieurs reprises , mon aile droite est touchée ainsi que moteur , j'ai une fuite d'huile et mon appareil fume légèrement !
Je demande instruction à Blister Rouge Leader qui m'ordonne seance tenante à un RTB immediat ...

J'effectue un RTB à basse altitude avec un appareil endommagé mais encore manoeuvrable , arrivé au dessus des terres je reprends un peu d'altitude par sécurité .
Blister Rouge Leader m'annonce prioritaire pour un atterissage d'urgence , Blanc 2 s'annonce "Short Petrol" et passe en prioritaire N°2 , je passe vent arrière puis finale et je m'aperçois que Blanc 2 est devant moi et trés pres !

Nous nous posons tout les deux en même temps , mais étant plus rapide que Blanc 2 je le dépasse par la gauche et je pose un peu dur à cause du manque de manoeuvrabilité de mon appareil , mon train d'atterissage s'efface sous le choc avec le sol et mon avion s'immobilise sur le coté gauche de la piste .

Etant immobiblisé sur le ventre à gauche de la piste , Blanc 2 ne me voit pas et vient me percuter en sortant de la piste , par chance nous nous en sortons avec quelques bleus et un passage à l'infirmerie .


Temoignage :
1 Ju88 detruit par le SLT Meunier (partagé)
2 He111 detruit par le SLT Meunier

Revendications Personnelles :
2 Ju88 detruit dont 1 partagé 1/2
1 He111 endommagé

Grade/Nom/Signature : Sch A.Marechal

(Squadron. no.326 (Free French) Squadron // GCII/7 SPA 78

Sgt KERVEGUEN

indicatif : Blanc 4
Vol en ailier de Blanc 3 sans problemes jusqu'a l'attaque du premier bombardier ou je perd blanc 3 au moment du degagement.
Impossibilité de localiser Blanc 3 et de le rejoindre tant le ciel est encombré d'appareils .
Suite aux multiples injonctions radio de Rouge 1 , j'engage donc seul coup sur coup 2 bombardiers qui me semblent severement touchés.
Regroupe ensuite sur 2 spit en rtb pour cause de limite carburant , au moment de l'injonction a degager la zone.
Aterrissage en priorité 2 ou je perd de vue Marechal, premier prioritaire, pour motif d'avaries , puis ,posé simultané de nos 2 appareils , mais collisions au moment du degagement de la piste.
Avaries consequentes de l'appareil.

COMBAT REPORT.

N° du secteur aérien..........(A)......................................................
N° de l'ordre de patrouille du Flight
ou du Squadron.................(B).............N° 4785....................
Date...................................(C)............11 Juin 1943...........................................
Flight, Squadron.................(D)..............Sqn.326 // GCII/7 SPA 78.........................................
Nombre d'avions ennemis..(E)....................... 30+.............................
Types d'avions ennemis.....(F)......................Ju 88 He 111 Bf 109G.................................
Heure de l'attaque.............(G)..................06:32 / 06:42.....................................
Lieu de l'attaque................(H).....................Est de Parking..................................
Altitude de l'ennemi............(J).......................De 0 à 7000 ft..............................
Pertes ennemies.................(K)......................Voir rapport..................
Nos pertes en appareils.....(L)...........................4.........................
Nos pertes en personnel....(M)............................1 KIA, 2 KIFA..........................
Aide des projecteurs amis..(N 1).......................................................
Aide de la DCA amie...........(N 2).......................Parking............................
Distance et durée des tirs..(P).......................................................
Rapport détaillé..................(R).......................................................

Indicatif Blister Rouge 2.
Ma première mission de guerre depuis longtemps, je vole en wingman de notre Squadron Leader le Lieutenant Eyquem. Après un vol de surveillance à proximité de notre convoi, nous engageons sur ordre une formation de Ju88 non escortés. Je suis mon leader et engage un bombardier à droite de la cible du Lieutenant Eyquem. Courte rafale, je distingue très nettement une explosion au moteur gauche, et dégage rapidement sur la gauche pour reconstituer notre paire.
Après quelques minutes d’évolution, un appel à l’aide de Rouge 3 et 4 nous détache des He111 que nous avions engagés. Combat avec 2 Bf109, je confirme la destruction d’un appareil ennemi par le Lieutenant Eyquem.
Nous rentrons en formation groupée (Rouge 1 , 2 et 3). Une mauvaise approche à l’atterrissage (trop lent) et je casse mon train. Posé sur le ventre. Légères contusions.
Grade/Nom/Signature : SGT Fernand Jodar

Résultat AOC commun au Spa-78= 15% sur 25% + 15% sur 25%= 30 sur 50%.

- LTN Jean-Louis Eyquem - Spitfire N°1 Objectif mission 60% ->(Flight leader Red 1) ->+ 5% (une victoire Bf 109) = 65%
- CAP Fernand JODAR - Spitfire N°2 Objectif mission 30% -> (Element-Wingman Red 2) -> 45% à son poste - 5% atterrissage manqué=70%
- SLT Alexandre Meunier- Spitfire N°8 Objectif mission 30%-> (Element- Leader Red 3)->45% à son poste + 10% (2 victoires He 111)=85%
- SCH Aimé MARECHAL - Spitfire N°6 Objectif mission 30%-> (Element-Wingman Red 4)-> 45% à son poste + 5% (une victoire Ju 88A) - 5% avion endommagé= 75%
- ADJ Bernard CIRCOURTS - Spitfire N°9 Objectif mission 30% -> (Element- Leader White 1)-> mort au combat=0%
- SGT KERVEGUEN - Spitfire N° 7 Objectif mission 30% -> (Element-Wingman White 2 ) 30% à son poste -5% atterrissage manqué = 55%
- SGT Michel PASCAL - Spitfire N°5 Objectif mission 30% ->(Element- Leader White 3) ->mort au combat=0%
- SGT Gérard Mansoif - Spitfire N°3 Objectif mission 30%->(Element-Wingman White 2 ) ->mort au combat=0%
_________________


Dernière édition par Werner Mölders le 21 Jan 2008 23:55; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8864

MessagePosté le: 21 Jan 2008 23:53    Sujet du message: Répondre en citant

Aérodrome de Saccia, Sicile.
11 juin 1943, 5h45
.

Les pilotes du II/JG53 rassemblés sous la tente opération n’ont pas bonne mine.
Les interventions répétées sur Pantelleria, ces longues traversées en mer et leur inexorable infériorité numérique ont usés les nerfs des plus aguerris.
Heureusement, le groupe avait évité une trop grosse saignée.
Hier, toujours sur Pantelleria, le groupe a pus éviter le gros de la chasse ennemie et a pus engager des bombardiers bimoteurs en milieu d’après midi. Deux Kittyhawk de l’escorte ont été abattu avec un bombardier sans pertes alors que le II/ JG 27 s’était fait sévèrement accroché par la chasse Alliés un peu plus tôt, perdant dix avions pour six revendications. Question de chance…
Quant à l’île de Pantelleria même, sa situation semblait désespérée. Toutes les communications étaient coupées, les infrastructures détruites. Aucuns ravitaillement ne pouvait plus lui parvenir sauf grâce a de rare vol de nuit de Ju52.
Une fois tout le monde installé, l’officier des opérations entreprit de leur faire un topo de la situation.
« _Nous n’avons plus de contacte avec l’île » commença t il, « les dernières nouvelles dates de cette nuit, par un des Ju qui fait la navette. Comme des mouvements de navires ont étés repéré en Tunisie, avec le rassemblement d’une flotte de transport et de croiseurs a Sfax et a Sousse, il semble bien que les Tommies veulent débarquer aujourd’hui. Hier, au milieu des bombardements, des tracts appelant à la reddition sont tombés sur l’île. »
Il fit une pause.
« _Ce matin, dés l’aube, nous allons tenter une attaque en plusieurs temps. Y participeront 9 Ju88 du KG 30 et 6 He111 du KG 26. Les Ju 88 partiront en avant et lanceront leurs attaques en piqué suivies à trois ou quatre minutes par les He111 qui attaqueront a basse altitude à la torpille. Une staffel du I/JG53 escortera le KG 30, notre staffel le KG 26 et une staffel du JG53 tentera de semer la pagaille juste avant l’attaque. »
Certain pilotes échangèrent des regards entendus. Quarante avions contre l’armada aérienne Alliés…
« _La flotte à appareiller de Sfax et de Sousse cette nuit. Ce matin tôt, une reconnaissance les a signalé se rassemblant en 25-5-4. Une quarantaine de navire. Nous estimons qu’elle atteindra l’île vers 9h30. D’ici la, j’espère qu’ils auront perdus quelques navires ! Rendez vous avec le KG en 36-3-4 (au dessus de la petite île) a environ 6h05, altitudes des He 500-600 mètres. »
Il les regarda.
« _Je n’ai pas besoin de vous dire que l’aviation Alliés ne nous laissera pas la moindre chance en cas d’erreur, donc silence radio rigoureux dés que vous êtes au sud d’une ligne passant par Pantelleria. Si vous ne dépassez pas 700m d’altitude, nous estimons que vous ne serez « détectables » qu’a 40 kilomètres de l’objectif. A partir de la, placez vous au mieux pour protéger les He111. Il largueront leurs torpille entre 800 et 1200 m de l’objectif puis vireront par la droite et cap retour en évitant Pantelleria. Avec un peu de chance, la défense sera en plaine confusion…»
Il marqua une pause.
« Voici les plans de vol. Des questions ? »



Débreifing:


II/JG51-Macil

Position Bruno 3.
Statut : pilote OK, avion : train cassé à l'atterrissage.
Revendications : 2 P38 (un dans les environs de la flotte, l'autre au nord de Pantalleria)

Décollage et vol en patrouille. Je me place avec Bruno 4 dans les 7h de Bruno 1 et 2. Lors du chemin aller, Bruno 2 disparaît, sans rompre le silence radio. Au moment où on peut commencer à communiquer, Bruno 1 change l'indicatif de la rotte : Bruno 3 et 4 deviennent Bruno 2 et 3.
Bruno 1 n'étant plus en paire, j'aurai donc à en assurer une protection encore plus rapprochée. Nous accompagnons les bombardiers dans leur positionnement pour attaquer les bateaux par l'est.
Peu à peu, des contacts apparaissent et commencent à engager la formation. Les Anton 1 et 2 se positionnent pour protéger les bombardiers. Mais le nombre est trop important. Anton 3 et 4 viennent à la rescousse.
Les bombardiers larguent leur torpille et font demi tour. Bruno, continue à assurer son rôle de vigie. Anton 1 et 2 sont engagés. Anton 1 signale la perte de Anton 2 et est lui même engagé. Pas de nouvelles de Anton 3 et 4 après qu'ils aient eux aussi été engagés. Les Bruno, nous descendons pour essayer de dégager Anton 1. Je tire une rafale sur un P38 qui s'écrase immédiatement après sans pour autant avoir eu des dommages visibles. J'ai du toucher le pilote.
Anton 1 signale alors qu'il est engagé par des Spit ou des P40 cette fois. Finalement ce sont des Spits. J'en tire un assez mal qui dégage. Mais ça ne suffit pas, le ciel est rempli d'ennemis. Anton 1, moteur gravement touché, signale qu'il s'éjecte. Je ne crois pas qu'on le reverra.
Je reçois l'ordre de Bruno d'évacuer la zone. Pas de nouvelles des bombardiers ni de mon ailier.

Je prends le cap nord, poursuivi par des Spitfire. Je dois constamment manoeuvrer pour éviter leur attaque, tout en essayant de m'éloigner de la zone dangereuse. Finalement, ils abandonnent. Mais ce sont des P38 qui prennent le relais.
J'essaie de me regrouper avec Bruno 1 qui est dans le même cas que moi. Après mainte manoeuvres, et tentatives de fuite, les P38 sont toujours là. Un peu au nord de Pantalleria, (que nous évitons soigneusement), pour dégager Bruno 1, j'engage les P38. J'ai une opportunité réelle de tir sur l'un d'entre eux, et je l'abats. Bruno 1, descend l'autre. Nous pouvons enfin regagner la base.

Bien que mes commandes n'est pas été touchés et que mon avion soit quasiment intact (je dois avoir quelque trous de mitrailleuses, rien de plus), je manque mon atterrissage et je casse le train.

II/JG51-Bilout

position :Bruno 1

statut pilote:ok
avion:ok
revendications: 1 P40 + 1 P38

decollage a l'heure pour le staffel,la visibilité n'est pas trop mauvaise
tout le monde se met en position assez rapidement,afin de rejoindre les HE 111 dans de bonne condition . Avant l'etablissement du silence radio, Bruno 2 m'indique une reaction bizarre de son moteur a la mise des gazs;mais il continue malgré tout la mission.

nous effectuons la jonction avec nos kamaraden,et volons a leur altitude en faisanr des S.
Au dessus de nous ,dans la meme direction,les JU88 et leurs escortes filent droit vers la detection radar ennemi,ce sera un peu grace a eux si notre mission reussie.

apres un bon quart d'heure ,Bruno 2 se porte a ma hauteur et me fait signe que son moteur n'en peut plus,je lui repond de rentrer a la base par geste.
nous voila donc plus que 3 chez les brunos,les defections ne font pas notre affaire sur ce genre de mission,mais elles sont de plus en plus nombreuses,dues au manque et a la qualité des pieces; raisons que l'on prefere a celles qui sont données quelquefois par certains d'entre nous qui trouvent que les pannes arrivent souvent au meme.
le trajet aller est long avec le silence radio,lorsque soudain un echo retenti dans mes ecouteurs
"qu'est ce que c'est que ce bor..." ;"si c'est passé sur les ondes ,on est mal" me suis je dit.
les bombardiers ont changé de cap et ont amorcé ce qu'Anton 1 a pris pour une monté en altitude,car c'est a ce moment qu'il a rompu le contact radio.
je lui annonce que les brunos ne sont plus que 3,et nous prenons notre position sur ordre,dans les 7 H des HE 111.

la route continue,le HE 111 semblent changer de formation ce qui signifie que l'objectif n'est plus tres loin,d'ailleurs la cacophonie de nos ecouteurs confirme que des combats ont deja commencé pour nos kamaraden.

je signale un contact isolé a Anton1 dans mes 2H,puis 4 contacts defilants dans mes 9H, que je n arrive pas a identifier.
la tension monte,et soudain un msg d'aide des HE est recu en meme tps que sont vu les bandits qui leur tombent dessus.

Anton 1 annonce qu'il engage mais bien vite ,il se retrouve en mauvaise posture et demande l'aide de Anton 3 et 4, apres avoir perdu son kazmarek
je suis tout cela de ma position de "vigie" et nous rongeons notre frein de voir ce ballet de tracantes, et de ne rien faire,car les ordres etaient clairs:"restez en position jusqu'a l'appel de Anton 1 si besoin d'aide"

je demande a Anton 1 si il a besoin de renfort ? il confirme; et je detache ma protection qui plonge dans la fournaise de suite,je fais de meme pour degager Anton 1 et tire sur un P40 qui perd un morceau d'empennage.

la mélée est terrifiante,la mort peut surgir de partout,l'oeil doit etre vif pour reconnaitre la cible,bien que de moins en moins de BF109 semblent voler dans ce capharnaüm aerien.
Anton 1 demande de l'aide d'urgence,je le repere et fonce vers lui,il a 2 spit dans ses 6 H,je suis trop loin encore et je vois les tracantes anglaises exploser sur son avion,il annonce son ejection lorsque j'arrive a portée de tir,je l'ai vu s'ejecter de son habitacle et son parachute s'est ouvert.

Etant apparemment devenu le chef de ce qui restait de dispositif,j'ordonnais un retour base.
Apres un etat des survivants,j'entends la voix de bruno 3.
Nous etions assez proche l'un de l'autre sur le meme cap. Nous avons pris le cap pour eviter Pantellaria,mais des P38 nous chassaient en altitude et plongeaient sur nous regulierement,impossible des les lacher .
Finalement,apres nous etre suffisamment rapproché avec Bruno3,nous nous sommes tous les 2 trouvés en position de contre attaquer,il fallait profiter de cette opportunité et je confirme avoir vu Bruno3 descendre le P38 juste avant que je descende moi meme le deuxieme .

Enfin le ciel redevenait calme et il nous tardait de se poser apres ces terribles minutes de vols.
La base en vue,j'ai demandé la priorité pour me poser sans attendre car si mon avion etait intact,il n'en etait pas de meme de mes nerfs...

l'aterrissage se fit sans probleme,et j'etais; moi Kurt Sonntag; encore en vie... mais pour combien de temps encore ???

Resultats AOC

Objectif mission : 0% (tout les bombardiers abattu)

Branko : abattu et fait prisonnier => 0%
Manu : tué (crash) => 0%
Jabs : tué (crash) => 0%
Lutz : abattu et tué => 0%

Bilout : pilote et appareil OK : 0%(mission) + 50%(a son poste) + 5%(1 P40) + 5%(1 P38)= 60% (décoration à venir)
Marseille : 0% deconnecté
Macil : pilote et appareil OK : 0%(mission) + 50%(a son poste) + 10%(2 P38) - 15%(appareil cassé)= 45% (décoration à venir)
Outlaw : abattu et tué
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8864

MessagePosté le: 21 Jan 2008 23:53    Sujet du message: Répondre en citant






























_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com