De l'Histoire à  la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°5

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8828

MessagePosté le: 03 Fév 2008 11:26    Sujet du message: AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°5 Répondre en citant

Aérodrome de Saccia, Sicile.
11 juin 1943, 14h30.


Les pilotes étaient rassemblés, l’air abattu, attendant dans un silence pesant l’annonce de la mission.
Le Kommodor n’aimait pas trop les voir comme ça, mais les deux derniers jours avaient été particulièrement éprouvants.
Ils étaient intervenus plusieurs fois sur Pantelleria, soumise a de terribles raids des bombardiers Alliés, mais c’étaient trouvé pris a parti pas la chasse Alliés, largement supérieurs en nombre, et c’est un miracle de n’avoir perdu que deux pilotes. Et un seul P40 Alliés abattu ne remontait pas le moral…
« Messieurs » commença t il, « les nouvelles de Pantelleria ne sont pas bonne. »
Aucune réaction des pilotes.
« La garnison de Pantelleria a rendue les armes. »
Seul quelques soupirs désabusés salut la nouvelle qui était de toute façon attendue…
« Mais la flotte ancrée près de l’île nous offre un objectif de choix, et nous ne pouvons pas laisser passer l’occasion. Le III./SKG 10 vas donc lancer une attaque a basse altitude et une a haute coordonnée, soit vingt jabo. Nous, nous assurons la protection de ceux d’en bas, la 9./SKG10. Ils voleront à 1000m, vite, avec pour cible la flotte située en 25-1-2. Attention la staffel que nous escortons possèdent une version de A5 rapides, optimisés basse altitude, et trente kilomètres avant l’objectif, ils vont pousser une accélération qui, si vous ne faite pas gaffe, va vous laisser sur place. Une fois leurs bombe largué, a 500m d’altitude, ils mettrons cap a l’est puis au nord a puissance maximum. Une minute avant cette attaque, la 11./SKG 10, tombera de 4000m sur la flotte et dégagera à l’ouest, couverte par la 1er staffel. Avec un peu de chance, on vas leurs passer au travers en leurs laissant un ou deux navires bon pour la casse ! Pour couronner le tout, une staffel du JG 77 précédera tout le monde pour mettre un peu la panique dans le couloir d’attaque. Enfin, une staffel du I./JG52 couvrira notre retraite en 36-7-7.»
Ses pilotes le regardaient d’un air absent.
« Hé les gars » s’emporta t il, « si vous voulez rentrer indemne, vous avez intérêt a vous réveiller un peu, sinon ça vas être le grand bain ! »
Les pilotes se redressèrent, se secouèrent et il obtint leurs entières attentions.
« M’est avis qu’il va y avoir un maximum de chasseurs la bas » continua t il énervé « près a nous faire la peau, alors soyez très vigilant, on ne brise pas les rottes, on ne quitte pas les jabo et surtout on ne traîne pas pour demander l’heure, compris ? »
Hochement de tête général.
« Rendez vous avec les Jabo en 36-3-4 vers 14h55, altitude 1000m. Ils n’attendront pas.»
« Des questions ? »

Décollage a 14h45

« Au Staffelkapitan la parole pour les détails tactiques. »



Breifing:

Ce que l'on sait :
- Pantelleria est tombé, la garnison s'est rendu.
- la flotte ennemir est ancrée prés de l'ile en 25-1-2 au sud de Panteleria
- le III/SKG10 va prendre pour cible cette flotte, avec un groupe à basse altitude et un second à haute, soit 20 jabos.
- nous assurons la protection du 9./SKG10 qui vole à basse altitude (1000m), largue ses bombes à 500m sur la flotte et dégage à l'est, puis vers le nord
- une minute avant l'attaque du 9./SKG10, le 11./SKG10 tombera de 4000m sur la flotte, puis dégagera par l'ouest couverte par la premiere Staffel
- une Staffel du JG77 sera devant pour mettre la zizanie dans les rangs ennemis
- une Staffel du I/JG52 sera en position en 36-7-7 pour couvrir notre retour
- RDV avec les jabos à 14h45 en 36-3-4 (la petite ile) à 1000m
- decollage à 14h45


Premiere phase, le RDV avec les jabos:
On aura pas de temps à perdre, 10mns c'est court. L'idéal serai de décoller 2 par 2 , ailes dans ailes, pour gagner du temps.
Mais la piste ne le permet pas. Donc va falloir faire vite et fort, décollage et prise du cap à 225 en direction du RDV pour atteindre 1000m.
Régime moteur à 2300trs pour Anton leader, cela vous laisse suffisamment de puissance en reserve pour suivre.
A la vue des Jabos, nous devons être groupés.

Deuxieme phase, l'escorte:
La staffel de Jabos sont des A5 rapides optimisés. Donc normalement on pourra les escorter sans être obligés de faire des S comme
pour du bombardier lourd. Disons que l'on va effectuer un accompagnement avec un régime moteur plus ou moins variable, mais assez soutenu.
Une chose est sure, on volera en formation groupée les Brunos derriere à faible distance des Antons. On se placera à 1500-2000m, dans les 5H
des Jabos.
Les Jabos à 30 kms de l'objectif, vont mettre
le turbo, ce qui va déclencher chez nous une poussée du régime moteur. Si il y a des retardataires, ils seront irremediablements largués, mettant
en péril notre dispositif et par la même la réussite de notre mission, d'ou l'importance du groupement.
Reste à déterminer le temps de vol à partir duquel les Jabos vont faire leur poussée (voir avec Outlaw).

Troisieme phase, l'attaque:
Nous allons nous présenter sur la flotte dans une situation surement assez confuse. Je pense que la Staffel du JG77 va se faire
exploser et finalement ne bousculera pas enormement les trés nombreux chasseurs ennemis présent sur Pantelleria.
Nous pourrons simplement profiter de l'attaque du 11./SKG10 (environ 16 appareils avec l'escorte) qui va surement fixer pas mal de chasseurs ennemis
sur le moment.
En ce qui nous concerne voilà comment on s'organise. Les Brunos restent avec les Jabos (600-700m maxi) et les accompagnent lors de leur descente, dés qu'ils plongent.
Les Antons se place au dessus à 1000m en suivent tout le groupe.
Les Brunos protégent les Jabos, (2 Rottes au combat en protection). Bruno 1 et 2 sont premier chasseurs, 3 et 4 en protection. Ce schwarm doit se placer dans les 7H des Jabos, pouvant ainsi prendre en cible l'ennemi attaquant dans les 6H des Jabos. Il faudra constamment visuellement passer des Jabos dans les 2H vers les 5 et 6H pour détecter l'arrivée de l'ennemi, anticiper leur attaque et l'annoncer à la radio. Les Antons vont pouvoir ainsi leur préter mains fortes et tomber d'en haut.
Quand les Antons attaquent, ils se replacent aprés toujours dans les 5H des Jabos à 1500m. Anton 1 et 2 sont les premiers chasseurs, Anton 3 et 4 les protégent.

Quatrieme phase, la sortie et le retour:
Pour le retour on va tres surement utiliser la Staffel du IJG/52 pour nous débarasser de la nuée de chasseurs qui risque de nous suivre.
Néanmoins si on peut on essayera de retarder l'ennemi, en fonction de l'effectif et de la situation, pour laisser partir les Jabos.

La premiere phase critique est le passage au dessus de Panteleria. Il y aura bien sur la chasse ennemie, mais aussi la Flak.
Normalement on doit passer tres vite, donc un bon point contre la Flak.
Le gros probléme dans cette mission va être le surnombre ennemi, comme d'habitude. Il faudra vraiment que Bruno 3 et 4 ainsi que Anton 3 et 4 jouent leur role à fond et soient présent pour assurer la protection de Anton 1 et 2 et Bruno 1 et 2.
Dans le cas contraire, si ils sont mis hors course rapidement, dans ce cas c'est foutu les 2 autres Rottes seront rapidement mis hors combat.
Dans tout les cas si la mission tourne au fiasco, on prend la direction du point de sago vers le I/JG52. Si c'est le cas j'espere pouvoir l'annoncer sufisamment à temps à la radio. Bruno leader pourra aussi le proposer à la radio.

Voici la répartition de notre effectif pour la Staffel :

Anton 1 : Branko
Anton 2 : Manu
Anton 3 : Macil
Anton 4 : Marseille

Bruno 1 : Bilout
Bruno 2 : Jabs
Bruno 3 : Outlaw
Bruno 4 : Lutz

Rapport Unteroffizier Wilhem Katsner (Macil)

Position : Anton 3
Statut : pilote OK, avion OK
Revendications : aucunes

Suite au décollage, je rejoins avec Anton 4, la formation des Anton. Nous nous rendons sur le point de rendez vous. Les Brunos arrivent établir le contact avec les Jabos. Malgré nos tentatives, les Anton, nous ne rejoindrons jamais les FW. Nous prenons alors la direction de l'île, espérant arriver en renfort au moment où la situation deviendrait critique. Arrivés sur l'île par l'ouest, nous nous trouvons dans un ciel remplis d'ennemis, sans pouvoir repérer les Brunos. D'après ce que j'ai pu entendre à la radio, les FW ont été assez peu menacés et ont pu dans l'ensemble larguer leur bombe sur la flotte.
Anton 1 et 2 plongent, je les suis en les perdant un instant. Je les retrouve vers le cap de sortie. Nous sommes pris à partie par des P38 qui engagent Anton 1 et 2. Plusieurs fois j'interviens pour les dégager. C'est suite à l'une de ces manoeuvres, que la distance entre nous a alors un peur grandit. J'aperçois alors deux P38 qui plongent sur les Anton, je préviens, je tire une rafale, mais ça ne suffit pas : ils ont immédiatement touché Anton 2 qui doit s'éjecter (je le vois et il le signale de façon hachée à la radio). Anton 1 donne l'ordre d'évacuer au plus vite. Il fait l'appel : il manque Anton 2 et mon ailier Anton 4, qui à aucun moment ne m'a signalé s'il était engagé ou pas.
Je rejoins Anton 1 alors que nous sommes pris à partie par deux P38. Au cours de l'une de leurs nombreuses passes, je perds pendant quelque secondes le contrôle de mon avion dans une vrille. Je ne peux rétablir que derrière Anton 1 et plus bas. Le temps de le rejoindre, je ne peux que lui signaler une ultime passe du P38 qui cette fois le touche dans l'aile. Le P38 renonce, comme l'a fait son comparse un peu plus tôt.
Finalement nous rejoignons la base et nous nous posons sans encombre.

rapport: Stabsfeldwebel Kurt Sonntag (Bilout)

position: Bruno 1
statut: opérationnel
revendication: aucune

aujourd'hui je guide les Brunos pour une enieme mission a hauts risques.
le décollage se passe bien derriere les Antons et nous nous regroupons rapidement au dessus du point de rendez vous avec les gars du 9/SKG10.
Apres plusieurs tours de prise d'altitude,nous voyons enfin arriver les FW 190 dans nos 9H bas.
l'annonce est faite aux Anton qui etaient plus haut,Anton leader m'autorise a prendre position sur ma demande,ce que je fais immediatement. Je suis les FW a environ 1500 m d'altitude qd j'entends anton 1 me demander le cap des jabos sur lesquels il n'avait pas de visuel.
Je lui indique immediatement mais il ne les voit pas,et je sens indeniablement dans sa voix ,l'agacement qui le gagne;il faut dire que chaque minute qui passe l'eloigne surement de nous.
Apres de vains efforts,il lui apparait evident qu'il ne pourra pas realiser la jonction avec nous et le 9/SKG10 .
De notre coté ,nous continuons notre escorte,les antons nous avertissent par radio qu'ils vont essayer de rejoindre Pantellaria et realiser la jonction avec nous avant l'attaque.
arriver en vue de l'ile,les jabos ont commencé a accelerer,nous aussi et pour ne pas les perdre,nous piquons dans leur direction.
le ciel commence a se remplir de contacts. Nous nous rapprochons des jabos,et sommes quasiment a la meme altitude,les contacts vu precedemment sont engagés,nous continuons et longeons la cote au sud ouest avant de prendre plein sud; direction la baie.
aucun danger sur les jabos jusque la,et l'objectif est en vue,les FW 190 foncent pleine puissance vers leurs cibles . J' ordonne cap a l'est ,considerant que notre escorte etait terminée et lorsque je commence a virer j'apercois des contacts en ligne qui filent le train aux FW.Je reconnais des spits et je tire une rafale d'intimidation car je suis trop loin.
J'averti Bruno 3 et 4 qui se trouvaient a la gauche des FW et je confirme le degagement vers l'Est.Je suis obligé de changer de cap car la DCA des navires commencent a nous encadrer,nous foncons donc au 60 pdt quelques mn avant d'obliquer plein nord ,direction la base.
Bruno 2 et tjs avec moi et je m'enquiert de la situation de Bruno 3 et 4.
Bruno 4 est isolé et nous avons pas de nouvelles de Bruno 3.
A la radio,nous entendons les Antons survivants aux prises avec des P38 mais nous n'arrivons pas a les situer pour les aider. je decide donc de me placer en sago defensif pres de la base et l'indique a Anton 1 pour leur venir en aide.
Anton accuse reception et m'informe qu'ils se dirigent vers la base sans etre poursuivi.
l'aterrissage se deroule sans pb,et seul Bruno 3 ne repond pas a l'appel

Rapport: UNZ Franz Riedl

Position: Bruno 4
Appareil: posé intact
Pilote: opérationnel

Dernier à décoller, j'ouvre le moteur à fond pour rejoindre les Bruno et être en position lors de notre rendez vous avec le 9/SKG10. Finalement, c'est nous qui les attendons.

L'escorte des Jabos vers l'ile de Pantellaria se fait sans problème, mais les échanges radios indiquent que traffic radio indique que ce n'est pas le cas des Anton qui ont perdu les Fw 190. S'ils ne trouvent pas un moyen de rejoindre, nous allons nous retrouver à mi effectif ce qui ne va pas faciliter les choses.

Arrivée en vue de l'ile les Jabos accélèrent et il n'est pas question de se faire distancer. Tout en suivant les 190, nous arrivons au dessus de la flotte d'invasion et c'est le moment où la DCA se déchaine, ce qui n'empèchent pas les 190 de larguer leurs bombes au moment où la chasse ennemie commence à se réveiller.

Bruno 1 nous demande alors de dégager vers l'Est, ce que je fais pensant que Bruno 3 va faire également. Il n'en ai rien, mais c'est trop tard. Notre rotte se trouve séparée et toujours cap à l'est, puis au nord, je rejoins Bruno 1 et 2.

Sur le chemin du retour, nous nous positionnons pour venir en aide aux antons qui sont accrochés par la chasse ennemie. Finalement, cette dernière abandonne et nous nous posons sans encombre sur notre terrain au milieu des trous de bombes.

Rapport: Hauptmann Erich Fischer (Branko)

Position : Anton 1 (StaffelKäpitan)
Statut : pilote OK, avion OK
Revendications : aucunes

Notre mission aujourd'hui est une escorte à basse altitude d'un groupe de Fw190 allant bombarder la flotte ennemie ancrée au sud de Pantelleria.
Notre Staffel dispose de 10mns pour rejoindre ce groupe à 1000m d'altitude au sud ouest de notre base de départ.
Huit appareils compose la Staffel d'escorte. A la verticale du point de rendez vous le schwarm Bruno repére les huit Fw190 et les rejoins. Malheureusement, à la tête des Antons, je manque le visuel et ne pourrais jamais les rejoindre.
Je décide alors de me diriger droit sur la flotte en esperant pouvoir les retrouver et assurer la mission d'escorte avec le plein effectif.
Arrivé sur zone à 3000-3500m, nous sommes engagé par la chasse ennemie. Completement isolé, et tentant malgré tout de rejoindre le reste du groupe, nous perdons deux appareils.
Sachant grâce à la radio que l'attaque est un succés et que les Brunos sont sur le chemin de retour, nous rebroussons chemin. Je rentre avec Anton 3.
Deux P38 vont nous poursuivre jusqu'à la fin et abandonneront.
Au total nous déplorons la perte de 3 pilotes, pour 2 FW190 abattus.

Rapport: UNZ Horst Manfred (Jabs)

Position: Bruno 2
Appareil: Train fauché
Pilote :Opérationnel

Décollage derriere Bruno regroupement avec le 9/SK10 Anton perd le contact visuelle sur les Jabo. Il nous demande de les escorter sans eux.
escorte sans soucie jusque sur Pantelleria les Jabo sont attaquer par des Spits Bruno 1 tire une rafale pour les disperser puis a la vu de la flotte d'invasion et de ça Flack intense nous bifurquons sur l'est de l'île.
Les jabo passe semble t'il aux travers.Sur le chemin du retour Anton 1 sans en découdre ave sont ailier avec 2 hostiles;nous décidons de faire un sago afin de lui porter notre aide ce dernier n'en aura pas besoin ,nous rentrons tous a bon port sauf pour 3 camarades.
Mon atterrissage ne ce passera pas bien un train fauché.

Resultats AOC

Objectif mission : 70% (les Jabos ont attaqué et 6/8 sont rentrés)

Branko : pilote et appareil OK => 70% (mission) - 20%(RDV Jabos loupé) = 50%
Manu : abattu et prisonnier => 0%
Macil : pilote et appareil OK => 35%(mission) + 50%(a son poste) = 85%
Marseille : abattu et prisonnier => 0%

Bilout : pilote et appareil OK : 35%(mission) + 50%(a son poste) = 85%
Jabs : pilote OK et appareil cassé : 35%(mission) + 50%(a son poste) - 10%(train fauché) = 75%
Outlaw : abattu et tué => 0%
Lutz : pilote et appareil OK : 35%(mission) + 0%(a son poste, leader abattu) = 35%
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8828

MessagePosté le: 03 Fév 2008 11:29    Sujet du message: Répondre en citant

Aérodrome (secondaire) d’Utique.
11 juin 1943, 14h30


Les pilotes du « Nice » participe depuis le matin à la couverture de l’opération sur Pantelleria.
Ils ont couvert l’approche de l’île, tout en voyant défiler vague après vague les bimoteurs chargés de broyer les dernières défenses. Apres une pause de deux heures, c’est de nouveau a leurs tour d’aller couvrir les débarquements.
La salle des opérations est emplie des conversations passionnées des pilotes sur la puissance des bombardements Alliés
Apres avoir obtenu un peu de silence, le commandant Adams, tout sourire, annonça la nouvelle du mois pour les Alliés :
« Il semble bien » annonça t il « que nos amis n’aient pas envient de se battre pour Pantelleria, l’île s’est rendue avant l’arrivée des Canadiens ce midi !»
Immédiatement, un brouhaha intense emplie la salle, ponctué d’exclamation joyeuse.
Le Cdt Adams fini par obtenir de nouveau un peu de calme.
« Mais la partie n’est pas tout a fait fini, et les germano-italiens de Sicile n’ont pas capitulé eux ! Notre flotte reste une cible de choix pour la Luftwaffe, et il serait bien étonnant qu’il ne tente rien contre un si bel objectif. »
Tout le monde se re-concentras immédiatement.
« Nous allons assurer la protection de la flotte » reprit Adam «Vous pouvez voire sur la carte nos zones de patrouille. Vous pouvez survoler Pantelleria sans risque, puisque la reddition est effective depuis une heure au moins. Comme vous le voyez, on a un secteur sensible, avec l’île ou la détection ne sera pas facile. Les deux escadrilles, SPA 78 et SPA 73, se soutiendront en cas d’attaque. »
Clins d’oeils et plaisanterie fusent entre les pilotes des deux groupes.
« Nous devons surveiller la zone au dessous de 8000 pieds, le 52 FG assurent les autres secteurs, et le 1er FG prend la protection haute de notre secteur. La menace principale risque de venir de raid a haute et a basse altitude de leurs FockWulf, voire des torpilleurs 111 au raz des flots. Comme ce qui arrive de tout en haut n’est pas notre problème, surveiller de très près la basse altitude, mais sans vous faire coiffer... »
Simple comme tout pensa une majorité de pilote.
« London tentera de vous donner des infos, mais ce sera juste un recoupement au PC Air des mouvements détectés, pas de guidage ni de suivit d’objectifs. Le radar ne sera vraiment utile que pour les raids moyenne et haute altitude, donc ne comptez pas trop dessus mais plutôt sur vos yeux. Vous serez relevé par le Lafayette sur annonce de london. »
Il attendit un moment.
« Des questions ? »

Décollage a 14h45

« Au Leader la parole pour les détails tactiques »

Décollage 15h00
Code SPA 78 Blister
Code SPA 72 Gloster
Code PC Air : London



Breifing:

- Groupe: SPA 78
- Station: Utique
- Ordre d'opération N° 4786
- Mission de vol pour:

* Section rouge: ( anti-chasseurs)
- LTN Jean-Louis Eyquem - Spitfire N°1
- CAP Fernand JODAR- Spitfire N°2
- SLT Alexandre MEUNIER (paire de reconnaissance)- Spitfire N°8
- SCH Aimé MARECHAL - Spitfire N°6

* Section blanche: (anti-bombardiers)
- ADJ Oscar Lacourt - Spitfire N°9
- SGT Kerveken - Spitfire N°7
- SGT Hervé Pascal - Spitfire N°5
- SGT Jacques Sélaire - Spitfire N°3

* Section jaune:
- ADJ Robert Charron - Spitfire N°11
- SGT Jean Moribont - Spitfire N° 4
- SGT Albert Dupuis - Spitfire N° 12
- SGT Frank Dumoulin - Spitfire N° 8

- Mission: Couverture de zone.
- Cible: Convoi de débarquement.
- Position de la flotte: Lima 25
- Objectif: Protection de la Zone Nord-Nord est de l'île de Pantellaria (voir la carte épicentre de la flotte -1/2 Lima vecteur 23-24 November et Oscar vecteur 24 ) à basse altitude.
- Limite d'action: Rayon 30 km de la flotte
- Activitées de l'ennemies prévu:

Il faut s'attendre à rencontrer du côté alliés: B-25,P-40,Spitfire MkV, et P-38 Ligthning
Du côté de l'axe: Ju-88 (piqué et palier),He 111( palier et torpilleurs),Bf 109G-6,**Fw 190 (Jabos).

La Sicile est défendue par les groupes du JG 53 :

* le I./JG 53 à Catania,
* le II./JG 53 a Comiso,
* le III./JG 53 a Siacca,
* avec en renfort le II./JG 27 basé a Trapani.
Pour le bombardement, les Allemands disposent des:

* KG 30 (son 3ème groupe est en Sicile),
* KG 76 (basé en Sicile),
* KG 54 (En Sicile),
* KG 1 (2 gruppe),
* et les KG 26 et 100, basés dans le sud de la France, peuvent être aussi employés sur la Sicile.
* III/SKG 10 (basé en Sicile ou Italie)
* 2/Sch.G.2 (basé en Sicile ou Italie)

** Nota Intelligence Service sur les Fw 190: III/SKG 10 - 2/Sch.G.2

- Fw 190 A-4/U8: chasseur-bombardier à long rayon d'action avec lance-bombe ETC 501 sous le fuselage et sous chaque aile, et MG 17 et MG-FF retirés.
- Fw 190 A-5/U8: chasseur-bombardier à long rayon d'action avec lance-bombe ETC 250 sous le fuselage et deux réservoirs de 300l sous les ailes, MG-FF et MG 17 retirés.
- Fw-190A-5 ATA 1.65: Attention toute particuliére pour un appareil avec modifications de réglage moteur pour basse altitude. Appareil très rapide aux basses altitudes.

- Activité aérienne: Forte
- Activitée D.C.A: Forte

- Météo:
- Prévisions: clair
- Visibilité: illimitée
- Vent: 130 deg. 6 km/h

- Plan de vol:
- 14:45 : décollage
- 15:00: Lima 25 Cap 30 à 8 000 pieds pour 6 de boost.
- 16:00: Atterrissage à Utique.

- Rotation d'effectif: 52 FG assurent les autres secteurs, le 1er FG prend la protection haute de votre secteur. Spa 73 (II/7) Est de la flotte,4 FS (52 FG) Nord Ouest de la flotte,4 FS (52 FG) Sud Ouest de la flotte, 2 FS Sud de la flotte. Toutes les unités à partir de l'épicentre ont un rayon de patrouille de 30/km.

- Communications codes du jour:
- Appels radio PC Air : London
- Tour de contrôl: Bordeaux
- Fréq du contrôl: 152 kc
- Fréq de la tour: 203 kc
- Code SPA 78 Blister
- Code SPA 73 Gloster

SECRET. FORM F.

N° du secteur aérien..........(A)......................................................
N° de l'ordre de patrouille du Flight
ou du Squadron.................(B).............N° 4786....................
Date...................................(C)............11 Juin 1943...........................................
Flight, Squadron.................(D)..............Sqn.326 // GCII/7 SPA 78.........................................
Nombre d'avions ennemis..(E)....................... 30+.............................
Types d'avions ennemis.....(F)......................Fw 190 Bf 109G.................................
Heure de l'attaque.............(G)..................15:10 / 15:20.....................................
Lieu de l'attaque................(H).....................Marghana..................................
Altitude de l'ennemi............(J).......................De 0 à 15000 ft..............................
Pertes ennemies.................(K)......................Voir rapport..................
Nos pertes en appareils.....(L)...........................3.........................
Nos pertes en personnel....(M)......................................................
Aide des projecteurs amis..(N 1).......................................................
Aide de la DCA amie...........(N 2).......................Parking............................
Distance et durée des tirs..(P).......................................................
Rapport détaillé..................(R).......................................................

COMBAT REPORT.

Squadron Leader Jean-Louis Eyquem (Moldy)

Indicatif Blister Rouge 1.

12 appareils aux décollage de Utique à 14h45. 15:00 Mise en place Zone Nord-Nord Est de l'île de Pantellaria (voir la carte épicentre de la flotte -1/2 Lima vecteur 23-24 November et Oscar vecteur 24 ) 8000 pieds à 6 de boost. Patrouille entre l'épicentre point "Parking" jusqu'à 23 Km du rayon dans l'arc de cercle de la zone attribué à la Spa 78. Grave erreur dans la disposition du parapluie aérien. Si au Nord de l'épicentre la profondeur est de 23 km dont 5 km d'île ; à l'Est de c'elle -ci la distance se réduit jusqu'à n'être que de 2 km à l'intersection de la zone de patrouille entre le Spa 78 et le Spa 73 hors de l'île . Aucune patrouille à long rayon d'action au delà des 23 km de profondeur. Avec une vitesse de croisière de 350 km/h pour l'ennemi; cela ne laisse que + 4 minutes pour l'inteception avant "Target". Soit 3 minutes avant d'être sous le feu de la D.C.A de "Parking". L'ennemi a attaqué à l'Est de l'aérodrome de Marghana à soit - 2 Km au delà de l'île depuis la zone Spa 78, à - 4 (ou - 2 directement direction sur Parking) minutes pour une interception avant "Target" et 1 minute avant d'être sous le feu de Parking. Panne radio PC Air "London" nous avons entendu que les américains étaient à l'engagement mais sans indication de secteurs ou de vecteurs. Ceci pouvant être aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest ou Sud de "Parking" puisque trois unités américaines couvrées ces zones.Rapprochement de la côte de la Spa 78 avec une reconnaissance de la paire convenu SLT Alexandre MEUNIER/SCH Aimé MARECHAL à 15h10. Combat aérien moyenne altitude aperçu dans la zone limite Est du Spa 78 et Spa 73. Pas d'identification. Déplacement le long du litoral du feu de la D.C.A jusqu' à la zone de patrouille du 4 FS- (52FG) ou deux navires (position nord ouest) ouvraient le feu. L'ennemi c'est servi du litoral d'Est en Ouest pour masquer son approche pour l'attaque à très basse altitude. Tout appareils au dessus étant sous le feu de "Parking". Ce fut le cas pour Blister Jaune de ADJ Robert Charron limite Ouest de la zone Spa 78 et du 4 FS- (52FG). R.A.S avec une patrouille basse altitude de Blister Blanc de l'ADJ Oscar Lacourt couvert par Blister Rouge LTN Jean-Louis Eyquem cap Nord-Est/Nord/Nord-Ouest entrant ou sortant de l'île de Pantellaria après 15h10. Enorme confusion sur un parapluie aérien d'un rayon de 24 km avec autant d'unités aériennes; alors qu'aucunes n'étaient à long rayon d'action entre La Sicile et le Sud de l'Italie et Pantellaria. Ordre de retour avec une communication enfin établie avec "London" à 15h45. Cap RTB de "Bordeaux". 16H00 atterrissage à Utique en Urgence Fuel pour 6 appareils, système hydrolique en panne pour le CAP Fernand JODAR; le train d'atterrissage n'a pas tenu. "Pied plat" pour le LTN Jean-Louis Eyquem "cheval de bois". Atterrissage sur le ventre "out fuel" hélice en drapeau pour le SGT Jacques Sélaire.

Témoignage:
- Aucuns

Revendications personnelles:
- Aucunes

Pertes pour le GCII/7 SPA 78

*Tués sur le champ d'honneur:

- Néan

Infirmerie:

- CAP Fernand JODAR
- LTN Jean-Louis Eyquem
- SGT Jacques Sélaire

* Pertes matérielles:

- Détruit: Aucun
- Endomagé: Spitfire N°2 (30%)- Spitfire N°1 (20%) - Spitfire N°3 (20%)

Signature, Grade/Nom/Signature LTN Jean-Louis Eyquem

(Section
O.C. (Flight ---,
(Squadron. no.326 (Free French) Squadron // GCII/7 SPA 78

+++ MISSION REPORT +++

Caporal Hervé Pascal (Fco)

Sqn.326 "Île-de-France" SPA 78

Décollage d'Utique à 14h45. Mise en formation et suivi du leader jusqu' une latitude d'environs 8000 pieds.
Patrouille en suivant les consignes de rouge 1 avec la section blanche. Nous sommes restés le long des côtes de l'île sans passer au dessus des terres qui nous étaient affectées.

De plus, la panne radio du radar code "London" ne nous a pas permis d'anticiper le franchissement de notre couverture par l'ennemi.
Nous avons entendu plusieurs appels radio des autres sections de couverture qui se faisaient engagées.
Plusieurs tirs ont été observés au sud de l'île ainsi qu'à la verticale de la flotte.
La section blanche dont j'ai fait partie a reçu l'ordre de descendre à 3500 pieds pour essayer de reperer les "fuyards" ennemis s'ils leur venaient l'idée de prendre un cape de fuite dans notre périmètre.

Malgré une patrouille intense et une reco faite par rouge 3 et 4, aucun bandit n'est passé sous notre périmètre.
En conséquence après avoir miraculeusement rétabli le contact avec London, Rouge nous a ordonner un RTB.
16H00 atterrissage à Utique dans les derniers appareils laissant les "short fuel" atterir prioritairement.


Signé CAP Hervé PASCAL

+++ MISSION REPORT +++

Caporal Fernand Jodar (Varluche)

Sqn.326 "Île-de-France" SPA 78

Nous décollons à 12 appareils de Utique à 14h45. Notre zone de patrouille se situe sur la partie nord-est au large de Pantelleria. Je reste collé à mon squadron leader pendant tout le vol. Visuel sur plusieurs combats près de l’île, mais aucun contact dans notre zone de patrouille. Retour à la base 1h15 après le décollage. Approche précipitée au moment de l’atterrissage et je casse mon zinc.

Signé CAP Fernand JODAR

+++ MISSION REPORT +++

ADJ Bernard LACOURT, White 1

Sqn.326 "Île-de-France" SPA 78

1445, décollage d’utique,Fligth complet à 12 appareils. Mission couverture secteur Yellow de Pantelleria, altitude inférieure 8000 pieds.
Sur secteur de patrouille, j’ai vu des combats secteur Green contre une formation ennmie moyenne altitude bombardier + chasse. Nous entendîmes dans combats dans le secteur Orange. Afin d’améliorer le visuel, Red1 me demanda de voler à 5000 pieds. Patrouille poursuivit suivant ce dispositif avec Red à 8000 pieds. RAS dans notre secteur.

A la réception du message de fin de patrouille par London, regroupement sur point de rassemblement avec Red pour RTB.

White 2 et White 4 short petrol, vol économique à mis parcours.
1600, atterrissage Utique. White 4 endommage son appareil.

Signé ADJ Bernard LACOURT

+++ MISSION REPORT +++

Sqn.326 "Île-de-France" SPA 78

Caporal Kerveguen (Hans)

Décollage d'Utique à 14h45 derriere blanc 3. Mise en formation et montée
jusqu' une altitude de 8000 pieds.
Patrouille des sections rouge et blanche dans la zone affectée au nord de
l'ile principalement, sans visuel particulier mis a part des tirs très à l'est, au nord du cap Bon dans la zone affectée au spa73.
à 15h50 retour base sur ordre de London et atterrissage prioritaire short
petrol à Utique peu après 16h.
Posé difficile , appareil endomagé.

Carnet de vol du Slt Meunier.

Aujourd'hui 11 juin 1943. Ca y est! La réddition de la garnison italienne nous a été confirmée. L'affaire aurait été décidément trop simple si la Luftwaffe ne s'était pas emmêlée.

Pour contrer les tentatives des bombardiers boches sur l'escadre navale, la NATAF enveloppe l'île ravagée d'un rideau de P-40, de P-38 et de Spitfire. A chaque escadrille un créneau et une place bien particulière dans le rouage défensif. Le notre tombe de 15 à 16h au NE de l'île. Le temps de prendre un déjeuner dans le calme et de faire une sieste sous la tente, et il est déjà l'heure. Décollage dans la poussière soulevée par la SPA 73 qui prend son quart en même temps que nous.

Arrivée sur Pantelleria, le ciel semble calme et les patrouilles alliées croisent régulièrement à toutes les altitudes. Il y a beaucoup de monde en l'air, et je me dis qu'une formation boche pourrait très bien se glisser dans l'orchestre en osant se faire passer pour des yankees, on y verrait que du feu jusqu'à ce que... Je préfère redoubler d'attention vers le haut, mais je suis bien tenté de me laisser aller à observer la flotte de débarquement ancrée en baie de Marghana. Quelle démonstration de puissance cela doit être. Je décide de jouer le touriste une fois la patrouille bouclée, lorsque nous rentrerons vers l'Afrique.

Nous ne voyons pas l'escadrille que nous devions relever. Patrouille en place à 2500 m seulement. Altitude idéale à cette heure de l'après-midi où le soleil est souverain. Lors des protections de convoi, au ras des vagues, nous volons verrière ouverte et nous pourtant nous baignons dans notre sueur. Plus haut, vers 4000 m, le métal de la cabine renvoie un froid qui obligerait à porter des effets chauds (une torture à porter avant le décollage). Là je vole confortablement en bermuda de coton et en chaussures de toile, la même tenue que je porte au sol, le gilet gonflant en moins.

Je sens rapidement que l'air est électrique. Ca ne fait pas 10 minutes que nous sommes en place que les ondes s'encombrent de messages explicites. Un ou plusieurs groupes de "yanks", imités par la 73e, partent en engagement. Nous ne voyons rien dans notre secteur. Les frisés ont dû approché très bas pour éviter d'être détectés, sinon nous aurions été avisés de leur venue. Nous redoublons attention vers le bas. le Lieutenant Eyquiem enchaîne virages sur virages. Vers le sud, au-dessus de l'île, virevoltent une vingtaine de points noirs.

J'aperçois une procession d'appareils survolant l'île de à très faible altitude. Ma reconnaissance ne peut aboutir. Le reste de la patrouille s'effectue sans événement particulier.

Au retour, survolant la zone de Marghana, la flotte alliée apparaît toujours aussi puissante.

Carnet de vol du SCH Aimé Marechal

Sqn.326 SPA78 / GC2/7

SCH Aimé Marechal

Indicatif Blister Rouge 4 ... Spitfire N°6

Nous decollons d'Utique à 14h45 s'ensuit une ascention à 8000 pieds (plafond d'operation).
Comme sur la mission précédente je suis l'ailier du SLT Alexandre Meunier (Rouge3) et nous sommes affectés en paire de reconnaissance .

Je suis tendu , nous savons que les boches ne lacheront pas l'affaire comme ça , ils sont coriaces les bougres !

Manque de chance la station radar "LONDON" est muette , satanés progrés techniques , elle nous aide bien mais seulement quand elle marche en attendant on fait sans elle .

Nous patrouillons sur notre secteur sans rien voir d'inquietant , c'est la cohue sur les ondes radios , les ricains ont du tomber sur du "Fritz" ça hurle à la radio !
Nous appercevons au loin des combats aériens et la DCA de la flotte crache son venin , il fait pas bon être "Schleu" là bas ...

En attendant nous piaffons d'impatience qu'ils viennent sur notre secteur pour en découdre .
En même temp nos vieux Spit V sont asmatiques et c'est avec un certain soulagement que "London" retrouve la voix pour nous annoncer la fin de patrouille et un RTB .

Blanc 2 et 4 s'annonce "Short Pétrol" ce qui me rappel que moi aussi je ne vais pas tarder à l'être !
D'ailleur bingo , mon voyant rouge s'allume !
C'est la sueur au front et les fesses sérées que je vais finir d'arriver à la base !
Par précaution le LTN Eyquem ordonne aux "Short Pétrol" de se poser en priorité .

Mon Spit touche le sol avec un manque de grace à faire palir un débutant !

Enfin posé pas cassé , nous sommes tous rentrés et c'est avec joie que je vais déguster une mousse avec les copains du groupe ...




Résultat AOC commun au Spa-78= 25% sur 50%= 25%.

- LTN Jean-Louis Eyquem - Spitfire N°1 Objectif mission 50% ->(Flight leader Red 1) ->- 5% (atterrissage manqué) = 45%
- CAP Fernand JODAR - Spitfire N°2 Objectif mission 25% -> (Element-Wingman Red 2) -> 40% à son poste - 5% atterrissage manqué= 60%
- SLT Alexandre Meunier- Spitfire N°8 Objectif mission 25%-> (Element- Leader Red 3)->30% à son poste ( = 55%
- SCH Aimé MARECHAL - Spitfire N°6 Objectif mission 25%-> (Element-Wingman Red 4)-> 35% à son poste = 60%
- ADJ Oscar Lacourt - Spitfire N°9 Objectif mission 25% -> (Element- Leader White 1)-> 35% à son poste = 60%
- SGT KERVEGUEN - Spitfire N° 7 Objectif mission 25% -> (Element-Wingman White 2 ) 30% à son poste= 55%
- SGT Hervé PASCAL - Spitfire N°5 Objectif mission 25% ->(Element- Leader White 3) -> 40% à son poste= 65%
- SGT Jacques Sélaire - Spitfire N°3 Objectif mission 25%->(Element-Wingman White 2 ) ->35% - 5% (atterrissage manqué) = 55%
_________________


Dernière édition par Werner Mölders le 03 Fév 2008 18:32; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8828

MessagePosté le: 03 Fév 2008 11:29    Sujet du message: Répondre en citant




















_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com