De l'Histoire à  la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°10

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8864

MessagePosté le: 04 Avr 2008 13:40    Sujet du message: AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°10 Répondre en citant

Sicile 43 – Mission 5
11 juillet 1943


Pour les Alliés, après 24 heures, le débarquement a réussis.
Les Anglais ont consolidé leur zone et progressent rapidement vers Catane même si ils sont efficacement retardés par les Allemands.
Les Américains jouent leur rôle d’aimant en attirant les contre attaques de l’Axe, particulièrement autour de Gela, ou la situation est tendu.
Coté aérien, par contre, le bilan est plus mitigés. En dehors du fiasco aéroporté, les Alliés, malgré plus de 1000 sorties de chasse, n’ont pus empêcher les raids Germano Italien de se multiplier. Le plus gros de ces attaques visent la flotte, mais aussi les colonnes aux sol et les positions d’artillerie. Ces attaques, incessantes, cause de sérieux dégâts et rendent la DCA, surtout naval, très nerveuses.
Mais les pertes pour la Luftwaffe sont impressionnantes, surtout pour la chasse. Le II./JG 51 (rapatrié d’urgence de Sardaigne) voit dés le premier jour quasiment tous ses avions détruits et l’escadrille dispersée. Le II/JG27 perd (détruit ou indisponible) la moitié de ses appareils et la JG53 pas loin de 30%.
Pour les bombardiers et chasseurs bombardiers, bien que moins élevées, les pertes sont sensibles et surtout le fait de la DCA.
Au sol, l’intense pilonnage des bombardiers Alliés est gêné par le relief montagneux de la Sicile et n’entrave pas sérieusement la mobilité et l’approvisionnement des unités de l’axes au contacte. Quand au bombardement des premières lignes, il est, en dehors de straffing ponctuel, quasi inexistant devant le risque de toucher des unités amie.
A la nuit tombée, si l’aviation Alliés n’as pas réussit à empêcher la Luftwaffe de lancer des attaques meurtrières, elle lui a tout de même porté des coups très durs. Et si à l’aube du 11, elle peut aligner autant d’avions que la veille, il n’en est pas de même pour les Allemands, dont le taux d’usure dépasse largement ses possibilités.

"Poste de commandement" du JG 53 :


Le sqd 249 (de Malte) :


Un 109 a l'hélice "décorée" du JG77 en Sicile.


Aérodrome secondaire de Catane, Sicile.
10 juillet 1943, 4h30.


Les pilotes, mal réveillés, gagnent lentement leurs avions ou les attend le Kommodor du groupe, maintenant rassemblé en entier sur cette piste.
Le canon, qui a résonné toute la nuit au sud, et plusieurs bombardements de Catane et des environs ont a peine troublé leurs sommeil, tant la journée d’hier les avaient éreintés. Ils avaient joué au chat et la souri avec les chasseurs Alliés toute la journée, le plus souvent jouant la souri. Si les pertes avait été relativement faible, beaucoup étaient rentré avec des avions criblés de projectiles et plusieurs avaient du sauter.
La première conséquence, c’est que le nombre d’avions disponibles avait fondu.
« Messieurs » commença l’officier des opérations, « la mission de ce matin consiste a sécurisé un couloir au sud d’Augusta pour un bombardement en piqué du pont de Ponté Grandé. Sa destruction ralentira un bon moment les Anglais. »
Il déplia la carte sur le sol.
« La zone à dégager est au nord du pont. C’est le KG 54 qui va se charger de l’attaque entre 4h50 et 5h00 en deux vagues écartée de cinq minutes. Donc vous sécurisez l’endroit jusqu'à cinq heures, pas plus. Les Ju88 dégageront plein nord, donc si vous pouvez couvrir leurs « haut », n’hésitez pas. Mais vous n’êtes pas chargé de les escorter. »
Il se tourna vers le kommodor qui prit la parole :
« A cette heure, avec un peu de chance, le dispositifs Alliés ne sera pas encore bien en place. Je resterais moi-même en réserve au nord de Floridia avec le stab, en 55-2-7-(3) a 4000 m. Le reste, sous les ordres du Staffekapitan de la 8., s’occupera du couloir a dégager. Si vous êtes accrochés, ne restez surtout pas au dessus de l’objectif. Suivant vos besoins, le Stab fera office de réserve ou de sagot défensifs. N’oubliez pas que l’objectif n’est pas d’abattre des avions mais de dégager le ciel au dessus du pont pendant dix minutes, pas une de plus, pas une de moins. Au Staffelkapitan de décider comment en liaison avec moi…»
Il parcouru l’assistance du regard.
« Des questions ? »

Au Staffelkapitan la parole pour le dispositif tactiques

Décollage : 4h45
Temps : clair



Citation:
Breifing:
- Groupe: 8./Jagdgeschwader 53
- Station: Aérodrome secondaire de Catane, Sicile
- Ordre d'opération Nr 8553
- Mission de vol pour:

* Rotte Anton

Hauptmann Werner Schroer (Branko) - Bf 109G-6 Noir 1
Unteroffizier Wilhem Keller (Macil) - Bf 109G-6 Noir 3

* Schwarm Bruno

Stabsfeldwebel Fritz Dinger (Bilout) - Bf 109G-6 Noir 2
Unteroffizier Walter Becker (Lutz) - Bf 109G-6 Noir 5
Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw)- Bf 109G-6 Noir 7
Stabsfeldwebel Lothart Oldenburg (Jabs) - Bf 109G-6 Noir 17


* Schwarm Ceasar

Unteroffizier Werner Lützow (Moldy) - Bf 109G-6 Noir 9
Unteroffizier Alfons Hornecker(Marseille) - Bf 109G-6 Noir 16
Unteroffizier Karl Heinzmann (Belly)- - Bf 109G-6 Noir 4
Unteroffizier Gustav Haemmerer (Rosco)- Bf 109G-6 Noir 12


- Mission: Supériorité aérienne pour le Bombardement de Ponté Grandé en deux vagues de bombardiers Ju 88 KG/54 à 5 minutes d'intervalle.
- Cible: du pont de Ponté Grandé
- Position zone de couverture: 55-2-7-(3)
- Objectif: Ralentir la progréssion Anglaise.
- Limite d'action: Syracuse - Ponte Grande - San Giuliano - Est front de Noto
- Activité aérienne: Forte
- Activitée D.C.A: Moyenne
- Renseignements: Il faut s'attendre à rencontrer du côté alliés: B-25,P-40,Spitfire MkV Mk VIII et Mk IX, et P-38 Ligthning,P-51 Mustang,C-47,Martlet.
Du côté de l'axe: Ju-88 (piqué et palier),He 111( palier et torpilleurs),Bf 109G-6,**Fw 190 (Jabos), Ju-52, Storch, Mc-205.
- Météo:Bonne
- Prévisions:Faiblement nuageux (900m).
- Visibilité: illimité
- Vent: 136 deg. 4 km/h

- Plan de vol: Un Schwarm en position Zeige doit faire une reconnaissance sur l'objectif de Ponte-Grande.Le but est d'Essayer de fixer l'adversaire sur le Sago offensif au Sud de Floridia et de renverser à un point donner l'avantage du nombre.Le Sago défensif ce trouve au Nord de Floridia. Si l'ennemis à une liberté d'action rapport à ses effectifs un re-déploiment aura lieu dans le couloir d'opétration.


- Rotation d'effectif: Nord de Floridia stab du JG/53, en 55-2-7-(3) Hanni 4000 M
- Communications codes du jour: Pumas
- Appels radio PC Air : Jadghund
- Tour de contrôl: Wotan
- Fréq du contrôl: 196 kc
- Fréq de la tour: 200 kc
- Code: néan
- Heure décollage: 4:45
- Heure d'attaque KG/54: 4:55
- Sago défensif: Nord de Floridia Hanni 4000 M

- Consignes Particulières: Le Schwarm Ziege ne combat jamais directement sur un engagement. Il doit se replacer avant d'intervenenir à la suite des autres dispositifs qui intervienent d'après l'emploi tactique type Ziege . Le Schwarm Ziege assure sa propre protection au contact de l'ennemi à l'état défensif seulement et retraite vers un point de Sago.


- Rüstsätze (kit emport):
Pas de Rüstsätze utilisation de l'armement de bord

Poids au décollage = 3500 kg
Carburants type ?= Volume du réservoir de fuselage : 420 litres
Volume du réservoir auxiliaire largable : 285 litres

Rayon d'action = Rayon d’action sans réservoir auxiliaire, à vitesse de croisière : 260 km
Rayon d'action sans réservoir auxiliaire, à vitesse maximale : 250 km
Équipé d'un réservoir auxiliaire à vitesse de croisière : 450km
Équipé d'un réservoir auxiliaire à vitesse maximale : 420km


Hauptman Werner Schroer (Branko): Anton 1
Appareil Bf 109G-6 Noir 1 opérationnel sur aérodrome.
Revendication : 1 Martlet
Témoignage : Hauptman Fritz Dinger (Bilout )

Notre mission ce matin est d'assurer la sécurité d'un couloir de bombardement sur un pont stratégique prés de Ponte Grande. Sa destruction pourra ralentir l'avance alliée. Deux vagues de bombardiers à 5 mns d'intervalle, vont bombarder l'objectif entre 4h55 et 5h05.
Nous disposons de 10 pilotes. Un premier Schwarm prendra position sur l'objectif afin d'aspirer un maximum de chasseur ennemi vers notre Sago offensif au sud de Floridia, où les attendent les 6 autres appareils. En position de force pour engager l'ennemi, nous pourrons ainsi tenir suffisamment longtemps (10mns). En cas de pépin un Sago defensif est prévu au Nord de Floridia avec un Stab de 4 chasseurs en renfort.
Le décollage à lieu à 4h45. Mais nous sommes trop lent à nous regrouper, et arrivons en retard sur l'objectif. Le schwarm Ceasar arrive avec un retard de 3 mns sur le pont, en même temps que le premiere vague de bombardier. Il entre de suite en combat face à la chasse ennemie. Les bombardiers sont accrochés. Les deux Rottes n'arrivent pas à se soutenir mutuellement. Ceasar 1 demande de l'aide. Cela ne se passe pas comme prévu. Nous quittons Floridia et prenons la direction du pont, à la recherche de tracantes et d'appareils ennemis.
A peine sur le lieu, la deuxieme vague est en approche. J'en informe Caesar 1 pour qu'il tente de se mettre en sécurité, nous allons assurer le couverture des bombardiers qui foncent sur le pont. Nous sommes à 4000m au dessus de l'objectif, je bascule sur mon aile droite et j'apercois des chasseurs à 2000m prenant position dans les 6H des bombardiers.
Horrido!!! J'annonce à la radio. Les 6 appareils engagent l'ennemi avec succés. Les bombardiers larguent leur bombes sur l'objectif. Durant le combat nous perdons le pilote Jabs. Trois Martlet sont abattus. De leur côté les Ceasar perdent deux pilotes, dont l'Unteroffizier Werner Lützow (Moldy) et Gustav Haemmerer (Rosco).
Il est 5h10, la mission doit se terminer. Je demande un repli. C'est alors que je suis engagé. Mon ailier l'UnterOffizer Gustav Keller (Macil) me sauve la mise, mais son appareil est touché. Il saute, sain et sauf dans nos lignes.
En nous repliant vers le Nord, nous continuons d'etre harcelé par l'ennemi à basse altitude ce qui occasione quelques combats. J'abats un Martlet confirmé par Bilout. Puis le ciel se vide. Nous rentrons.
Apparement le pont à été détruit. Sur 18 bombardiers, 11 sont rentrés.
Nous déplorons la perte des pilotes Werner Lützow (Moldy), l'UnterOffizzer Gustav Haemmerer (Rosco) et Jabs, trois tué, et 5 appareils perdu.

Ufz Karl Heinzmann (Belly), Ceasar 3
Appareil 4 Noir, posé en catastrophe sur l’aérodrome à 5km au Sud de Catane, appareil non récupérable.
Revendication : Aucune
Témoignage : Aucun

0445, décollage base Sud de Catane, rassemblement sur Ceasar 1 et 2. Prise de CAP Sud avec la Staffel en montée progressive. Il est 0455 nous arrivons tout juste à Floridia, Anton 1 envoie Ceasar sur Ponte Grande. Arrivée sur objectif à 0458, visu sur 9 contacts altitude moyenne sous le feu de la DCA ennemie. Ceasar contourne l’objectif par l’Est. Ces 9 contacts sont les Ju88. Pris sous le feu de bandit Anton nous envoie en interception, nous plongeons puis je me fais engager. En esquivant les tirs avec la faible luminosité et le passage sur le coté droite le sens de virage de Ceasar je perds le visuel sur Ceasar1. Avec l’arrivée de Anton et Bruno, les multiples engagements en cours, je continue à virer à droite sans demander la position de Ceasar1 en cherchant des bandits à engager. Plusieurs fois nous sommes Ceasar 3 et 4 sous le feu des bandits, nous cherchons à reprendre de l’altitude en spiral ascendante. Sur ordre de Anton nous rompons le combat et dégageons. Ceasar 3 et 4 poursuivis par au moins 4 Martel cherchons à esquiver les tirs, je demande du secours, je me fais toucher à de multiples reprises. Plus de réponse de Ceasar4, collé au sol je cherche avec le peu de contrôle qui me reste de l’appareil à durer en virant sur la droite, alors que Anton et Bruno interceptent mes agresseurs. La zone partiellement dégagée, je prends CAP RTB toujours collé au sol, la NAV n’est pas simple dans cette forte brume, au moins les appareils Alliés ne me verront pas. Avec mon appareil fortement endommagé au niveau des ailes, je me présente prudemment vertical base pour une finale. En légère réduction de vitesse proche du seuil de piste, mon appareil perd vite de l’altitude et part sur la gauche. Je rétablie la situation mais j’efface mon train, l’appareil se retourne, je me cogne contre le collimateur, je l’évacue et avec stupeur je découvre le nombre d’impact dans les ailes et le fuselage. Un infirmier arrive, j’ai la figure couverte de sang.
Je songe à Ceasar 4, rester là bas, sans lui je ne serais pas ici ...

Ufz Alfons Hornecker (Marseille), Ceasar 2
Appareil Bf 109G-6 Noir 16 ( petits trous en bout d ailes et mitrailleuse enrayée)
Revendication : Un plus 3 Martlets endommages dont un sévèrement mais non détruit
Témoignage : Aucun


Tot ce matin nous décollions du nouvel aéroport. J etais en position 2 dans le troisième groupe Caesar. Le décollage se passa bien sans empressement. Ce qui nous causa bien des problèmes par la suite. Nous avons vole vers la zone a dégager très rapidement. Malheureusement nous étions en retard. Aussitôt nous, les Ceasar avons engage le combat. Mon leader ayant contourne les chasseurs ennemis il entamait une plongée pour les attaquer. A ce moment la je perdit une première fois connaissance et perdit le groupe de vue. Ayant retrouve pour un court moment mes sens je me vis très au dessus du groupe. Je reperdit encore une fois connaissance et en ouvrant les yeux je me vit face a une colline très bas en altitude. Mon leader m'indiqua le cap et put retrouver le groupe. Celui ci commençait son engagement mais je ne pouvais a ce moment la être d aucune utilité pour mon leader. Je réussit a rejoindre le groupe et vit un avion engage Caesar1. Caesar3 et moi même lui signalons. Caesar3 vira sur la gauche alors que Caesar1 virait sur la droite. Je le suivit. Par la suite je le suivait avec difficultés et avec horreur je le voyait constamment être pris a partie par 2 ou 4 Martlets. Moi aussi j était pris a partit régulièrement. J'engageais petit a petit les Tommies un fut fortement touche et vis une explosion et je le vit chuter mais comme d'autres se mettaient entre moi et mon leader je devais continuer a tourner dans ce cirque tournant et a trois reprises au moins je les touchais mais chaque fois ils se mettaient dans mes six et ne prenait plus mon leader comme cible mais moi même. Malheureusement je ne savais pas ou etait Ceasar3 et 4. Tout d un coup un voile noir total se mit sur ma conscience sans que je puisse rien n'y faire... A mon réveil mon BF109 tournait sagement mais je m'était très éloigné de la zone de combat . Je le signalais immédiatement a mon leader. Il n avait plus de protection. Je vit passer devant moi Ceasar3 et Casar4 je découvrit a ce moment mon absence de munitions soudain ( Enrayement ?). Je le signalais et me mis avec Ceasar3 et Ceasar4. Aussitôt nous fumes pris a partie par des Martlets (5 au moins). Dans la confusion je réussit a m éclipser vers notre base. Je me posait en premier suivit de Anton1. Par la suite je me fit reprocher mon verbiage un peu trop important...
Malheureusement j avais perdu une fois encore mon leader...Pourquoi ces voiles noirs a répétition ?

Alfons Hornecker

UnterOffizer Gustav Keller (Macil)
Position : Anton 2
Statut pilote : éjecté dans nos lignes, vivant, légère brûlures
Satut avion 3 noir : détruit
Revendications : aucunes
Témoignages de victoires : aucuns


Mal réveillé, je traine un peu pour me mettre en position sur la piste, comme tout le reste de la Staffel d'ailleurs. Décollage et mise en formation, nous prenons le cap de route et nous arrivons rapidement sur zone. je signale des appareils dans nos 11h : 9 appareils, groupés par 3, un peu espacés, ce sont les bombardiers de la première vague. César prend position sur le couloir, et signale rapidement des combats autour des bombardiers. Ils plongent dessus. En entendant les César en mauvaise posture, l'Hauptmann Schroer décide de leur venir en aide. Nous plongeons à notre tour dans les combats. Quelqu'un signale à la radio l'arrivée de la seconde vague de bombardiers. Je ne vois ni la première, ni la seconde vague attqué. Je n'ai donc aucune idée de l'efficacté de leur bombardement.

A un moment Anton 1 est engagé. Je vois venir vers lui des traçantes qui proviennent de mes 6h, très haut. Je lui dis de breaké à droite et je le suis : si l'ennemi arrive avec un grand surplus de vitesse, il ne pourra pas nous suivre. Sinon, il sera forcé de se placer devant moi. La manoeuvre semble fonctionner : nous sommes dégagés. Nous continuons à combattre, quand Anton 1 signale que nous devons évacuer la zone.
Nous commencer à remonter vers le nord mais à ce moment, je ne surveille pas assez mes arrières. Je vois passer des traçantes. J'essaye de les éviter en dérapant à plat, manche d'un côté, palonier de l'autre, mais trop tard : je suis très gravement touché : mon moteur fume, mes commandes répondent mal. Je n'ai plus de profondeurs, je les sens battre dans le vide. J'essaye avec mes ailerons de me diriger vers nos ligne, ignorant à ce moment où je suis. Dieu merci je suis assez haut pour sauter, et l'avion semble conserver son altitude. Je ne vois pas grand chose à travers la fumée de mon moteur, et finalement je ne sais plus quelle direction je prends. Mes actions sont d'autant désordonnées, que le bandit est peut être encore derrière moi. Je signale à la radio que je suis salement touché, j'ignore si elle fonctionne encore. Soudain c'est le feu moteur. Il me faut évacuer de toute urgence. Je le dis en vitesse à la radio. Larguer la verrière, déboucler le harnais, pousser le manche. Pourvu que je sois assez haut, pourvu que les flammes n'aient pas atteint mon parachute. Légèrement brûlé aux mains et au visage, j'atterri finalement en lisière d'un bois. De quel côté des lignes je suis, je l'ignore. Je vais vers le nord (je n'ai pas pu sauver ma carte) et je trouve en bas de la vallée une route avec des fantassins allemands qui se dirigent vers le front, dans mon dos. Ouf. J'atteins le village proche et finalement, je trouve un véhicule qui me ramène au terrain, après avoir été sommairement pansé dans le "poste de secours" (si on peut appeler ça ainsi vu le manque de ravitaillement).

Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw)
Position Bruno 3
Statut : pilote et appareil ok.
revendication : 1 Martlet (temoin : Stb Lothart Oldenburg)
Témoignage : Abordage d'un Martlet par le Stb Lothart Oldenburg

Décollage très matinal pour aller dégager un couloir près de Ponte Grande afin qu'un bombardement puissent passer.
La tactique du sagot offensif a été décidé, et c'est les Caesar qui sont chargés de "ratisser" la zone.
Mais a peine arrivé au dessus de Floridia, nous apercevons les Ju88 de la première vague qui arrive.
Et quand les Caesar arrivent au dessus d'eux, ils sont déjà engagé par des chasseurs ennemis, que les notres engagent a la suite.
En combat tournoyant a basse altitude, Caesar 1 finit par demander de l'aide a Anton, en attente sur Floridia a 5000m, et nous prenons le cap de Ponte Grande.
Soudain apparait la deuxièmes vague de Ju88 et immédiatement après une nouvelle patrouille ennemie qui fonce vers les Ju.
Anton envoie immédiatement les Bruno a l'attaque. Bruno 1 plonge, le combat s'engage. Comme vois un Martlet qui tente de prendre les six d'une rotte de 109, je me lance a sa poursuite et je le canarde. Plusieurs obus font mouche, et enfin je voie la verrière jaillir et une vague forme s'eloigner en l'air. Il a sauté. Ma première victoire !
Je reprend immédiatement la direction du combat.
On entend que les Caesar sont durement engagés et nous plongeons tout les six pour tenter de les aider. Je fait plusieurs passe sur des Martlet sans effet puis, comme je manque de munitions, je passe en couverture du Stb Lothart Oldenburg et nous continuons a engager des Martlet pour qu'ils lâchent les Caesar quand subitement, en pleine attaque, je voie Bruno 4 percuter sa cible et les deux avions, une aile en moins, tomber en tournoyant.
Heureusement, il saute, comme sa victime, et au dessus de nos ligne ! Il va pouvoir ramener un prisonnier a défaut d'un avion !
Désormais seul, je regroupe Bruno 1 et après quelque temps nous prenons la direction de la base.
Atterrissage sans problème.

Rapport de Fritz Dinger (Bilout)
bruno1 schwarmfuhrer bruno
appareil: posé RAS
pilote:opérationnel
revendication:2 martlet sur zone de ponte grande confirmé par mon rottenflieger

le décollage s'effectue au petit matin par un temps clement et une visibilité relativement bonne,une legere brume envahie les environs et donne au paysage des allures tamisées.
Le départ se deroule cette fois dans le plus pur respect des procedures.
Je prends la tete des brunos et nous nous reformons derriere les Antons,en direction de sud.
nous prenons de la hauteur au ordre du staka qui force l'allure de peur de rater le rendez vous.
bien lui en a pris car lors de notre arrivée sur Floridia,Anton 2 signale des contacts dans ses 11h.
9 contacts sont effectivement visibles,probablement la 1 ere vague de bombardiers qui arrive deja sur la zone.
Les cesars sont detachés pour identifier et commencer la patrouille sur le secteur defini de ponte grande.
immediatement cesar1 annonce des bandits qui engagent les JU 88,et recoit l'ordre d'engager.
Le combat commence et le staka ne tarde pas a nous engager dans la danse. Nous plongeons a sa suite et restons un moment au dessus de la mélée avant d'engager.
nos cibles reperées,nos engageons avec les brunos,j'autorise a Bruno 3 et 4 a engager separement.
le combat est a notre avantage,mais notre but est d'abord de degager les cesars qui semblaient etre plutot malmené ayant contré la 1 ere attaque ennemie a eux seul.
Dans la mélée,j'engage un martlet ,je fais deux passes sur lui et je le vois partir vers le sol poursuivi par une epaisse fumée .
La deuxieme vague est annoncée et le combat devient de plus en plus confus,des kamaraden se retrouvent maintenant en mauvaises postures et des appels a l'aide fusent a la radio
je cherche les tracantes pour esperer reperer l'ennemi.
vu !!! il est dessous,nous plongeons avec bruno 2 et l'engageons,je me colle dans ses 6h et l'arrose copieusement,je vois clairement son empennage arriere se detacher et l'avant du fuselage tomber comme une pierre "je l'ai eu" criai je a la radio et je recu comme reponse "je confirme",c'etait mon kaszmarek qui me repondait.
au meme instant je vis devant nous un avion s'ecraser suivi aussi d'un message d'abschuss de Anton1,abschuss que je peux donc confirmer.
Devant une situation qui se deteriorait,au vue de notre basse altitude et surtout du temps passé sur la zone ,le staka nous ordonne un retour base.
Avec bruno 2 ,nous obeissons et mettons cap au nord pour regagner la base. La radio etait maintenant liberé de la saturation du combat et nous pouvions donc suivre le combat que certain d'entre nous livrait pour ramener leur precieuse monture sur la base.
Le circuit d'approche se fit sans encombre ainsi que l'aterrissage.
Cela faisait longtemps que nous avions effectué une mission sans avoir ce sentiment d'impuissance,malheureusement,ce ne fut pas une mission sans perte . Mais pouvons nous encore l'esperer ???

UNZ Walter Becker (Lutz) Bf109 G6 - 5 Noir
Indicatif Bruno 2
Appareil posé intact, pilote OK
Confirmation des deux revendication de Bruno 1.

Décollage matinal pour dégager une zone pendant 10 minutes afin que les Ju 88 s'attaquent aux alliés.

Dès le décollagen en formation avec les Bruno et nous montons autours de 5000 mètres vers Floridia. La première vague de Ju88 est repérée, mais nous comprenons à ce moment là que nous sommes en retard et que le plan initial ne sera pas suivi. Nous prenons le cap de Ponte Grande lorsque nous comprenons que la deuxième vague de Ju 88 arrive suivie de très prêt par des appareils ennemis.
Les Bruno plonge et nous engageons le combat. Je surveille nos arrières pendant que Bruno 1 s'occupe de la chasse alliée. Compte tenu du nombre de ces derniers, il faut être très prudent.
Une opportunuité se présentant, j'ai pu tirer mais sans toucher, déflection trop importante et je voulais rester coller à Bruno 1.
Enfin, les 10 minutes ayant passé et les JU 88 en route vers le nord, nous rompons, sur ordre, avec Bruno 1 pour un retour vers base tout en continuant à surveiller nos arrière. La meute doit être en route...
Nous sommes rejoins par Bruno 3 et arrivons au terrain où nous nous posons sans problème.

Citation:
Revendications 8./Jagdgeschwader 53 :

- 4 Martlet AbschuB

- 2 Martlet V.N.E - A.S.M

*Auf dem Feld der Ehre getötet/Tués sur le champ d'honneur:

- UnterOffizzer Gustav Haemmerer (Rosso)
- Hauptmann Werner Lützow (Moldy)

* Krankenhaus/Infirmerie:

- Unteroffizier Karl Heinzmann (Belly)
- Stabsfeldwebel Lothart Oldenburg (Jabs)

* Materielle Verluste:

- Zerstört/Détruit à 100%: Bf 109G-6 Noir 12 Werknummer 78454 - Bf 109G-6 Noir 9 Werknummer 256535 - Bf 109G-6 Noir 17 Werknummer 12121.
- Zerstört/Détruit à 50%: Bf 109G-6 Noir 4 Werknummer 85635

*Revendications 8./Jagdgeschwader 53 :

- Unteroffizier Alfons Hornecker (marseille): 1 Martlet V.N.E - A.S.M
- Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw): 1 Martlet AbschuB (témoin Stb Lothart Oldenburg)
- Unteroffizier Fritz Dinger (Bilout): 2 Martlet AbschuB (témoin UNZ Walter Becker et Hauptman Werner Schroer)
- Stb Lothart Oldenburg (Jabs): 1 Martlet AbschuB "abordage" (témoin Unteroffizier Kristian Warsitz)
- Hauptman Werner Schroer (Branko): 1 Martlet V.N.E - A.S.M


Resultats AOC
Objectif mission : 55% (60% objectif mission + 50% effectif operationnel)

Branko : pilote et appareil OK => 55% (mission) + 1 Martlet abattu (5%) = 60%
Macil : pilote OK et appareil abattu => 25% (mission) + 35%(a son poste) = 60%

Bilout : pilote et appareil OK: 27% (mission) + 35%(a son poste) + 2 Martlet abattu (10%) = 72%
Lutz : pilote et appareil OK => 27% (mission) + 35%(a son poste) = 62%
Outlaw : pilote et appareil OK => 27%(mission) + 35%(a son poste) + 1 Martlet abattu (5%)= 67%
Jabs : pilote OK et appareil detruite => 27% (mission) + 25%(a son poste) + 1 Martlet abattu (5%) = 57%

Moldy : tué => 0%
Marseille : pilote et appareil OK => 27% (mission) + 25%(a son poste) = 52%
Belly : pilote et appareil detruit => 27%(mission) + 30%(a son poste) = 57%
Rosco : tué => 0%








































_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com