De l'Histoire à  la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°11

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Werner Mölders
Generalmajor
Generalmajor


Inscrit le: 19 Jan 2004
Messages: 8828

MessagePosté le: 17 Avr 2008 21:05    Sujet du message: AOC Pantellaria/Sicile/Corse/Italie Mission N°11 Répondre en citant

Sicile 43 – Mission 6
13 juillet 1943


Toute la journée du 11 juillet, les Panzergrenadiers de la Hermann Goering ont tentés de reprendre Gela aux Rangers de la Big Red One. Mais, grâce a la flotte et a son puissant appui, les Américains restent maître de la ville. Ces attaques vont pousser le commandement Américain à la faute. En effet, Patton, inquiet pour Géla, décide de renforcer les unités sur place avec un bataillon de parachutistes largué sur les positions Américaine en fin d’après midi. Mais une mauvaise coordination avec la marine entraîne un désastre. La flotte, qui a subit toute la journée les attaques de la Luftwaffe, dont la dernière ne date que de quelques minutes, prend a partie les C47 dés qu’ils apparaissent dans le ciel. Plus de 60 appareils sont touchés, 24 abattus et l’unité est disloquée.
Pour expliquer cette tragique méprise, il faut dire que la journée a été un enfer pour la flotte au mouillage. Les attaques aériennes de chasseurs-bombardiers et de bombardiers n’ont pas cessé. Plusieurs navires sont coulés, d’autre touché et le liberty-ship «Robert Rowan», chargé de munition, a même explosé de façon spectaculaire.
Heureusement, a la fin de la journée, Kesselring, devant l’avance anglaise, décide de reporter ses efforts sur Catane et relâche sa pression sur les Américains.
En attendant, le 12, la 8th Army progresse vers la plaine de Catane malgré les Germano-italiens qui résistent pieds a pieds en attendant l’arrivée des unités retirées du front de Gela. La Luftwaffe, qui continue a lancer ses attaques sur la flotte, fait aussi son possible pour ralentir et retarder les colonnes anglaise en utilisant la chasse en straffing, ce qui ne va pas sans pertes. Sans compter que l’évacuation du matériel lourd commence, rendant encore plus aléatoire la logistique des bases avancées.
De son coté, Montgomery, qui veut prendre Catane le plus rapidement possible, décide une opération combinée pour atteindre la ville. Une opération commando doit s’emparer, sur la route de Catane, du pont de Malati (par mer) et une opération aéroportée de celui de Primosole, une dizaine de kilomètres plus loin et ouvrir la route pour la 50th ID. L’opération doit avoir lieu le 13 au matin.
Mais Kesselring, inquiet justement de l’irruption anglaise dans la plaine avant l’arrivée des renforts, décide lui aussi une opération aéroportée. Pour renforcer les unités sur place, un régiment de la 1er Fl Fallshirmjagger division doit lui aussi sauter autour de Primosole…

Attaque de navire en Sicile :



Un pilote Allemand évacue son appareil :



L'explosion du "Robert Rowan" :





Aérodrome secondaire de Catane, Sicile.
10 juillet 1943, 5h15.


Dans la tente « de briefing », les visages sont à la fois fatigués et tendus.
Depuis trois jours, les pilotes sont sur la brèche du matin au soir.
Hier, ils ont plusieurs fois « straffés » les colonnes anglaises qui montent sur Catane, missions très dangereuses. Les pertes sont lourdes, très lourdes, avec en plus beaucoup d’avions qui rentrent criblés de projectile et indisponible temporairement.
Et ce matin, le groupe entier ne peut plus aligner qu’une douzaine d’appareil opérationnel.
Pendant que le Kommodor s’entretient avec l’officier d’opération, le bruit d’un tir de barrage d’artillerie résonne au loin. Les Anglais se rapprochent dangereusement...
Le major finit par prendre la parole.
« Messieurs, comme vous le savez bien, les Anglais avance vite… »
Seul le grondement de l’artillerie anglaise lui répondit.
« Devant l’urgence, l’état major a décidé de renforcer les positions par le parachutage d’un régiment de la 1er Fallshirmjagger division dans la plaine ce matin. »
Il déplia la carte.
« Nous somme chargés d’escorter les Me323 qui transportent les armes lourdes. Nous les prenons en charge au nord de Accis Castelo (46-5-7) a 5h45. Ils seront à 1000 m, cap au 140. Et nous les escortons jusqu’à la zone de largage (55-2-5-[8]). J’ouvrirais la route 2 a 3 km en avant avec le Stab, le reste de l’effectif se dispose a sa guise en couverture directe des Me. Le JG27 devrait s’occuper de la couverture de la zone de saut et les Italiens ont promis d’en être aussi. »
Plusieurs pilotes grommelèrent. Les avions Italien ressemble beaucoup aux avions anglais.
« L’opposition aérienne Alliés ne devrait pas dépasser les patrouilles habituelles du secteur a cette heure, soit une a deux escadrilles. Si tout se passe bien, le JG27 et les Italiens ont les moyens de les occuper suffisamment et nous aurons la partie facile. Mais n’oubliez pas, pour nous, c’est la protection des Me323 qui est la priorité, vous ne les lâchez pas. »
Hochement de tête général. Le Me323 est vraiment une proie trop facile pour le laisser seul.
« Des questions ? »

Au Staffelkapitan la parole pour le dispositif tactiques

Décollage : 5h30
Temps : clair

Note : la carte est « adaptée », Malati est beaucoup plus proche de la mer (opération commando amphibie…)



Citation:
- Groupe: 8./Jagdgeschwader 53
- Station: Aérodrome secondaire de Catane, Sicile.
- Ordre d'opération Nr 8554
- Mission de vol pour:

* Anton 0
- Hauptmann Werner Schroer (Branko) - Bf 109G-6 Noir 1

* Rotte Bruno

- Unteroffizier Wilhem Keller (Macil) - Bf 109G-6 Noir 3
- Unteroffizier Roman Braun (Manu) - Bf 109G-6 Noir 8

* Schwarm Ceasar

- Stabsfeldwebel Fritz Dinger (Bilout) - Bf 109G-6 Noir 2
- Unteroffizier Walter Becker (Lutz) - Bf 109G-6 Noir 5
- Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw)- Bf 109G-6 Noir 7
- Stabsfeldwebel Lothart Oldenburg (Jabs) - Bf 109G-6 Noir 17


* Schwarm Dora

- Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy) - Bf 109G-6 Noir 9
- Unteroffizier Alfons Hornecker(Marseille) - Bf 109G-6 Noir 16
- Unteroffizier Karl Heinzmann (Belly)- - Bf 109G-6 Noir 4
- Unteroffizier Andréas Waldecker (Rosco)- Bf 109G-6 Noir 12

- Mission: Escorte de Me 323 Hanni 1000 M allez/sur zone/retour
- Cible: Zone de parachutage 55-2-5-[8]
- Position zone de couverture: 55-2-5-[8]
- Objectif: Parachutage de la 1er Fallshirmjagger division et son matériels lourds

- Limite d'action: 5 km dans le rayon du déplacement des Me 323
- Activité aérienne: Moyenne
- Activitée D.C.A: Faible
- Renseignements: Il faut s'attendre à rencontrer du côté alliés: B-25,P-40,Spitfire MkV Mk VIII et Mk IX, et P-38 Ligthning,P-51 Mustang,C-47,Martlet.
Du côté de l'axe: Ju-88 (piqué et palier),He 111( palier et torpilleurs),Bf 109G-6,**Fw 190 (Jabos), Ju-52, Storch, Mc-205,Me 323.

- Notes sur le Me 323 "Gigant": le Messerschmitt Me 323, dérivé du planeur Me 321, fut construite à partir d'avril 1941.Il vola pour la première fois en avril 1942. La première version, le Me 323V-1 surnommé logiquement "Gigant" vues ces proportions, était composé d'un train d'atterrissage à roues multiples et de 4 moteurs Gnome-Rhône 14N48/49. Le Me 323V-2 pris la forme définitive hexamoteurs. Comme le Me 321 il était aussi capable de transporter 120 hommes équipés, ou une charge équivalente de fret.



Le Me 323 comptait 7 membres d'équipages dont deux chargés de surveiller ses 6 moteurs. Très impopulaire auprès des équipages, il demande de grands efforts physiques à son pilote pour le contrôler et était une cible particulièrement repérable.

- Météo: Claire
- Prévisions: Pas de nuage en dessous de Hanni 4000 M
- Visibilité: illimité
- Vent: 130 deg. 2 km/h
- Plan de vol:

Le Stab JG/53 ouvrira la route de 2 a 3 km. Le flanc droit du dispositif (cap Nord) sera amoindrie de surveillance aérienne par rapport au flanc gauche du dispositif (cap Sud). Le Schwarm Dora Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy) devra se décaler et suivre un trajet paralléle à moyenne altitude Hanni 2000 M du reste de la formation dans un rayon maximum de 2kms Sud de la position des Me 323. Le Schwarm Dora est chargé de fixé (type Zeige) l'ennemi si celui-ci tente une interception des appareils des troupes aéroportés. En suite le ramerner vers les points de Sago offensif de Buccoli - Agon - Labatia - Gerbini selon navigation du Gruppe Me 323 . La Rotte Bruno Unteroffizier Wilhem Keller en renfort du Stab JG/53. Anton 0 Hauptmann Werner Schroer étant avec le Schwarm Ceasar Stabsfeldwebel Fritz Dinger le groupe d'intevention.

- Rotation d'effectif: Ouverture de navigation de 2 a 3 km pour le Stab JG/53.La 6.JG/27 et quelques éléments de chasse pour la Reagia Aéronotica sur couverture de zone 55-2-5-[8] .

- Communications codes du jour: Dolch
- Appels radio PC Air : Jadghund
- Tour de contrôl: Sturm
- Fréq du contrôl:198 kc
- Fréq de la tour: 203 kc
- Code: néan
- Heure décollage: 5:30
- Heure RDV: Accis Castelo (46-5-7)5:45 Hanni 1000 M, cap au 140
- Heure du parachutage: 5:45 Armes lourdes- 10 a 20 minutes en suivant
- Sago offensif/défensif: offensif= Buccoli

- Consignes Particulières

Attention aux traffic aérien. Aux traffics radios. A l'identification des appareils; notament ceux de la Regia aéronautica.

Rüstsätze:

-Carburants = Volume du réservoir de fuselage : 420 litres
Volume du réservoir auxiliaire largable : 285 litres
- Poids au décollage = 3500 kg
- Rayon d'action = Rayon d’action sans réservoir auxiliaire, à vitesse de croisière : 260 km
- Rayon d'action sans réservoir auxiliaire, à vitesse maximale : 250 km
- Équipé d'un réservoir auxiliaire à vitesse de croisière : 450 km
- Équipé d'un réservoir auxiliaire à vitesse maximale : 420 km


Hauptman Werner Schroer (Branko): Anton 1
Appareil Bf 109G-6 Noir 1 opérationnel sur aérodrome.
Revendication : aucune
Témoignage : néant

La mission d'aujourd'hui n'est pas simple. Nous devons protéger un groupe de Me 323 "gigant" qui doit larguer du matériel lourd sur une zone qui va être sous le feu ennemi tant terrestre que aérien au sud de Labiata. Nous allons longer la ligne de front d'est en ouest et forcément être exposer par le sud et l'ouest. Nous avons notre Stab qui ouvre la route, pendant que le groupe JG27 et des Italiens vont couvrir la zone de larguage.
Notre Staffel est composée de 11 appareils. Une fois le contact pris avec les "gigants", un schwarm (Dora) va protéger notre flan sud à 2 kms des appareils à protéger. Je reste en poste avec eux accompagnés du schwarm Ceasar. Devant, entre les gros porteurs et le Stab, une Rotte (les Brunos) doit me rapporter ce qu'il se passe et rester sur la défensive. Le dispositif doit être mobile, de manière que lorsque un groupe est menacée, un transfert puisse s'opérer qui permettra l'envoi de renforts sur un point de sago donné. Je choisis Agnone comme point de sago offensif pour les Doras qui vont devoir supporter le gros de la bataille... c'est mon sentiment.
Le point de rendez vous avec les Me323 et prévu à 5h45 sur Accis Castelo.
Nous décollons à 5h30. Aprés un regroupement au dessus de la base, nous prenons le cap 130 en direction de Agnone... C'est le début d'une confusion, en ce qui me concerne. Le brouillard matinal et le soleil levant pertube complétement ma vision du terrain et de la situation... Je reste scotché sur Agnone et regarde passer les appareils remplis de parachutiste qui se dirige vers leur point de larguage, accompagné par leur escorte. L'Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw) me fait remarquer que je ne suis pas dans la mission et me rappel que nous devons rejoindre mes Me 323 vers Accis Castelo.
Je me ressaisis, et prenons le cap nord est. Les "Gigants" apparaissent au loin. Je demande à tout le monde de prendre position comme prévu. Mais le brouillard et le soleil pertube ma perception de la situation... J'ai du mal à déterminer leur cap, par rapport à un sol et un ciel qui ne sont pas "rendus" comme d'habitude. Et je sens que les autres pilotes sont fébriles aussi, car la mission ne s'engage pas comme prévu, et nous avons du mal à nous déployer dans de bonnes conditions.
J'arrive enfin au bout de quelques minutes à donner un cap en direction de Bucolli. J'ai à peine fini ma phrase, qu'ils changent de cap et virent à l'ouest vers la zone de saut. Notre dispositif n'est pas encore en place, et c'est le moment choisi par 4 Martlet pour lancer une interception. Je demande aux Ceasar et Doras d'intervenir, car en plus 4 Spitfires interviennent en plus.
C'est la grosse confusion, tant sur le plan tactique que technique... La radio est saturée, j'ai du mal à me faire entendre. Le schwarm Dora est rapidement désorganisé. Il ne doit son salut qu'au courage et là a ténacité du Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy) qui à fait face à une nuée de chasseurs ennemis. Les Ceasars ont eux aussi permis de fixer la chasse ennemie... fort heureusement. C'était décousu mais, visiblement la chance nous à souris. Je reste avec les Me323 accompagné des Brunos.
Sur la zone de larguage, la JG27 et les italiens ont nettoyé le ciel. Les "gros" peuvent larguer leur matériel sans être géné.
Le retour s'opère sans encombres. Les Ceasars et Doras réussissent à fixer et nettoyer suffisamment le ciel derriére les bombardiers pour un retour tranquille, avec un pilote tué et un second abattu mais sain et sauf.

Le bilan pour les Me323 est de deux appareils abattus.

Unteroffizier Wilhem Keller (Macil)Position : Bruno 1
Statut pilote : Ok
Statut avion : opérationnel
Revendications : aucunes
Témoignages : aucuns

Suite au décollage, je prends position aec Bruno 2 derrière à droite de Anton.
Nous prenons le cap de roue et nos nous dirigeons vers Agnone dans un premier temps puis vers Aci Castello. Nosu croisons d'abord les Junker des parachutistes puis les Me 323 que nous devons protéger. Ils sont 9, répartis en 3 groupes de 3 appareils.
Anton me donne l'ordre de les précéder et je passe alors devant avec Bruno 2. J'effectue alors une série de S en avvant de leur formation engardant néanmoins un oeil sur les Me 323. Leur imposante silhouète me permet d'évoluer relativement loin sans les perdre de vue.
Quand les Me 323 sont arrivés à la hauteur de Bucolli, j'entends à la radio qu'ils commencent à être engagés, par l'arrière. Très nettement, je vois la troisième kette de Me 323 se faire distancer par rapport au reste de leur formation. J'entends à la radio que les César et les Dora s'occupent des chasseurs ennemis. Je poursuis en avant des Me, et je signale des combats au loin sur la zone de largage. Visiblement la JG 27 et le Stab nous ouvre la route. Je signale aussi à plusieurs reprises des contacts qui viennent du sud vers la zone de largage. Apparement, ils ont du être engagé par les la JG27, ou le Stab ou bien les italiens car ils ne menacent pas les Me. Nous arrivons sur la zone. Au niveau des Me 323 , je distingue alors un groupe bien formé de 6 appareils (ils resteront ensemble jusqu'à la fin et rentretont tous les 6). Un septième est derrière en difficulté. Je vois les restes enflamés d'un huitème qui a du exploser. En avant des Me, la situation reste dégagée et les Me survivants peuvent larger comme prévu.
A ce moment, Bruno 2 me perd (suite à un lag). Je rejoins alors Anton 1 et nous patrouillons à la verticale des Me. Ils ont pris cap plein nord et très vite sont tirés d'affaire. Avec Anton nous couvrons alors le spetième Me, à la traîne par rapport à la formation des 6 autres.
Au loin dans nos 11h, nous apercevons une ligne de contacts. Nous allons identifier : ce sont les Ju 52 qui atterissent.
Ensuite retour base et atterissage difficile dans la brume et l'éclairage rasant.

UFZ Roman Braun (Manu)

Position : Bruno 2
Statut pilote : Légère indisposition
Statut avion : Perte totale
Revendications : 1 X P40
Témoignages : aucun témoin


Il est 5h30, nous sommes sur ce qu'on peut appeler ces jours-ci comme étant un terrain d'aviation. Je me sens un peu perdu ce matin. L'incidence qu'à le soleil et l'humidité présente dans l'air ne ment pas, nous aurons bientôt à faire fâce à certaines lacunes de commandement et de contrôle. Malheureusement ce ne sera pas dans les conditions idéales pour effectuer notre couverture de ces grosse vaches à hélices ! Cette température aidera l'ennemi, il pourra repérer les Gigant bien avant que nous les aurons repéré. J'ai encore quelque étourdissement suite à l'infection que j'ai contracté lors de mon congé à Vienne. Je commence a regretter mon entêtement face au doc, il m'aurait cloué pour 3 jours ! Nous décollons et je prends place au côté de Bruno 1, notre rotte sera utilisé comme élèment de reconnaissance avancé pour le dispositif. Nous nous formons après le décollage avec Anton, et lorsque les Junker prennent les devant, notre Kaptain nous autorise à se démembré du dispositif pour effectuer notre tâche primaire, soit l'élèment avancé. Nous accélérons à fonds en direction d’Agnon et effectuons plusieurs revirement pour ne pas perdre de vue l'ensemble du dispositif, qui devient de plus en plus imposant. En l'espace de quelques minutes les communications sur le canal 198 deviennent saturé. De ce que je peux comprendre, car certaines communication sont désordonnés, est que nos élèments en couverture se sont fait engager au-dessus de la baie par des Martelet. Heureusement, avant que Jadghung sévisse sur les airs, l’Hauptman Schroer repris un contrôle sur les communications. Le brouillard de guerre battait déjà son plein, nous n’avions pas besoin de la radio pour ca ! Lorsque la situation fut clarifié sur les airs, nos élèments Caesar et Dora semblait être au combat avec des Spitfire, Martelets et des P-38. Nous étions devant les Me 323 près de la DZ (zone de larguage), lorsqu’Anton demanda un support supplémentaire car il semblait être seul avec les Gigants. Nous avons fait demi-tour plein gaz. Je me rappel avoir vu apparaitre la silhouette d’Anton au-dessus des 2 kette . Je fus pris de nausée et d’étourdissement, probablement mon infection… tout fut embrouillée. Je repris conscience et j’étais rendu au-dessus de Malati, seul. J’ai du faire un tour d’horizon pour me replacer, pour finalement m’apercevoir que j’étais pris entre plusieurs P-38. Après plusieurs manœuvres d’évittement, je m’informe de Bruno 1 et je crois le discerner car il était maintenant avec Anton et formait un rotte. Je me mets à les suivre lég`rement vers le nord pour m,apercevoir de mon erreur. C’était deux P-40, ils ne semblent pas m’avoir vu. Je prends le second dans ces 6 heures et je tire une courte rafale de 20mm dans son fuselage, il explose en vol. Je continue monter pour avoir l’avantage sur le P-40 qui restent mais je suis pris en chasse par deux P-38 en même temps. Je ne sais plus ou donner du nez et je finis par perdre le sens de l’orientation à force de manœuvrer sans ligne directrice. En abusant sur mes ailerons pour me libérer et mon manque d’expérience je perds le contrôle et mon zinc finit en vrille à plat. Face à la situation tactique je n’hésite pas à m’ejecter. Je m’extirpe facilement et mon parachute s’ouvre à 700m. Je touche le sol, et l’infanterie au sol m’envoient dans un zone administrative ou je suis pris en charge.

Stabfeldwebel Dinger fritz (Bilout): Cesar 1
Appareil Bf 109G-6 Noir 2 opérationnel sur aérodrome.
Revendication : 1 Martlet 2 P38
Témoignage : cesar 4 pour les p38

il est encore tot ce matin qd nous quittons la cantine,un café a la main ,pour aller rejoindre nos avions que les mecanos ont preparé pdt que nous dejeunions
les visages sont tendus,la mission est non seulement risquée,notre lot a tous depuis bien longtemps,mais aussi complexe dans sa realisation tactique.
Nous devons escorter des elephants avec des bolides,les Me 323.
Nous decollons donc dans la brume matinale dans un decor coloré par le soleil levant.
nous,les cesars decollons derriere les antons 1 et 2,nous regroupons rapidement et suivont les ordres.
Le rendez vous avec nos kamaraden ne s'annonce pas evident a la vue du traffic intense de cette matinée,nous croisons de multiples contacts qui s'averent etre des Ju 52 transportant nos fallschmirjagers
Le contact est enfin etabli et l'escorte commence,la visibilté est relativement bonne.
Soudain une alerte jaillie dans le casque,"attention des martlets",c'est anton 2 ,je crois qui donne l'alerte,car effectivement 2 contacts ennemis se sont melés aux nombreux avions de la zone et nous croisent a vive allure.les ordres fusent confusement,et les martlets reussissent a virer et revenir sur les cesars sans qu'ils ne soient inquietés.
Nous montons en spirale ascendante pour les lacher,lorsque ce fut fait,je bascule sur l'aile gauche et part a la poursuite d'un des 2,je le rejoint vite et le cadre dans mon collimateur avant de declencher mes armes,je le touche et vois des debris s'ejecter de sa carlingue.
je decide de le laisser filer car des spitfires ont été apercus . Je rejoinds les Me 323 et vois efectivement des spits aux alentours,j'engage avec mes kamaraden deja sur place,pdt ce temps les Me s'eloignent. Je recois l'ordre de les rejoindre,ce que je fais immediatement.
Je rejoinds donc les Me 323 et annonce a anton 1 que je regroupe sur lui,au moment ou Dora demande de l'aide apres avoir contenu l'attaque des spitfires.Le staka me demande d'intervenir,donc je rebrousse chemin et retourne au combat,arrivé sur la zone nous voyons de suite une meute de spits chasser des 109,nous plongeons mais le combat devint tres confus a ce moment meme (largage de paras)
A l'issue,je reprends de l'altitude pour rejoindre nos me323,et je croise 2 martlets qui remontent sur un 109 devant eux,je prends leurs 6 immediatement,et tirent sur le 2eme qui ne m'avait apparemment pas vu.
Il perd un aileron et bascule violemment sur la gauche,le pilote s'ejecte presque immediatement.
Pendant ce temps le 1er engage le 109 qui monte en spirale pour se degager.Je propose mon aide ,mais c'est anton 1 qui me repond que ca ira et m'ordonne de rejoindre les Me 323.
"Viktor",je fonce sur eux qd soudain des tracantes m'encadrent,je cabre et vire de suite,je me tord le coup pour voir mon assaillant; P38,manquait plus que cela,le combat s'engage et je recoit l'aide de cesar 4 qui m'a rejoind.
Il m'indique aussi qu'un autre P38 traine dans les environs.Je le vois a mon tour,et apres une serie de contre et d'attaques ,je fini par en descendre un puis le deuxieme peu apres,cesar 4 ne m'a pas quitté et son aide m'a été precieuse dans un combat qui airait pu m'etre fatal ,seul.
Ordre de rentrer a la base est lancé par le staka,la mission est terminée.
Mes canons sont vides et je demande a cesar 4 de passer devant pour le retour.
La navigation de retour se fait sans encombre,et l'aterrissage est assez scabreux dus a la faible visibilité de la piste.
La mission a semble t'il été un succes d'apres le recoupement des differents pilotes,mais malheureusement un succes qui laisse encore des chaises libres a la cantine ...

UNZ Walter Becker (Lutz) Bf109 G6 - 5 Noir
Indicatif Caesar2
Avion posé dans un champ, sur le ventre
Pilote OK

0530: décollage en n°2 des Caesar d'un aérodrome au sud de Catane. Après avoir rejoint ma place, j'ai l'impression que le moteur cafouille un peu. Pour l'instant, rien d'alarmant, mais à surveiller. Cap vers l'est pour retrouver les Me-323. Très rapidement, il est évident qu'il y a un énorme traffic dans les airs qui ne promet rien de bon.
Le soleil levant rend les repérages difficile et nous finissons par retrouver les Me-323 en nous dirigeant vers Bucolli.
Lorsque nous commençons à les avoir en visibilité, des Martlet et des Spitfire passent à l'attaque. Nous nous portons vers les chasseurs ennemis avec les Dora. Dans l'engagement qui suit, mon moteur donne de plus en plus de signes alarmants et ne supporte pas les contraintes que je lui impose. Impossible de tenir ma place dans le combat et je deviens un danger pour tout le monde. Après avoir signalé le problème, je tente de rejoindre notre base.

Le moteur est à bout de souffle je pique pour m'éloigner rapidement de la zone des combats avant qu'un chasseur me repère. Très peu de temps après, le moteur rend l'ame définitivement. Je me pose sur le ventre dans un champ ayant, au préalable, signalé ma position par radio. J'espère qu'un véhicule pourra venir me chercher, sinon, ce sera une marche matinale d'une dizaine de kilomètres à pieds ...

SBW Oldenburg Lothart (Jabs) : Cesear 4
Pilote: Ok
Appareil : BF 109 G6 N° 17 Noir
Statue: 5% de dommage
Revendication : 2 Martlet V.N.E
Témoignage : 2 p38 Abattue par Dinger

Une grande confusion aujourd'hui lors de cette mission. Lors d'un retournement de rotte suite à un accrochage avec l'ennemi j'ai perdu mon leader. Je me suis mis à monter et me suis fait accrocher par Martelet j'ai pus reprendre l'avantage et je l'ai descendus suite à cela j'ai toucher un deuxième appareil que j'ai vu fumer il est fort peut probable qu'il soit rentré . J'ai pus le raccrocher en visuel. Ce dernier étant engager je me suis placer dans les six heures de ses poursuivants mais le malheureux c'est fait descendre. De là j'ai raccrocher un 109 celui de Dinger que j'ai pus aider vu qu'il était accrocher par 2 p38 il a réussit par un tour de passe passe à les descendre tous les 2.Suite a cela nous somme rentré a la base.

Oldenburg L.

Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy): Dora 1
Appareil Bf 109G-6 Noir 9 opérationnel ; 20% de dégat suite aux combats.
Revendication : Deux "Martlet" V.N.E - A.S.M
Témoignage : néan

05:30, décollage de l'aérodrome secondaire de Catane, Sicile.Prise de CAP vers l' Est "en tir bouchon" avec la Staffel en montée progressive. 05:40 Sur la zone 56-1-2 énorme trafics aériens d'avions de transports Ju- 52, Me-323 et les divers dispositifs de couverture de la Jagdwaffe. 05:41 Anton 0 Hauptmann Werner Schroer (Branko) par radio m'autorise à prendre ma position avec le Schwarm Dora. Celui- ci est instable en formation et l'on sent chez les pilotes; une tension accru par les ressentiments de la vision d'autant d'hélices qui brassent l'air azur du matin. Soudain à 05:44,le trafics radio sort complètement de la lassitude des échanges de mise en position. Des flèches en feu, rouges,bleus et blanches sortent de la position des avions de transport. Anton 0 signale que le Schwarm Ceasar et lui même sont attaqués; avec ordre au Schwarm Dora de prendre le relais de sa position sur la vague des Me-323. Nous arrivons immédiatement perpendiculaire aux avions de transport ou des Spitfire sont à l'attaque sur ceux-ci.Ordre d'intervention au Rottenfuhrer Ufz Karl Heinzmann qui n'aperçoit pas les Spitfire. J'interviens donc moi même donnant l'ordre au Rottenfuhrer Ufz Karl Heinzmann de faire de même à ma suite. Sur la première ressource le Rottenflieger UFz Alfons Hornecker perd mon contact. Je suis seul derrière les Me 323 et m'interpose aux divers assauts des Spitfire; je signale ma position et appelle à l'aide le reste de la 8./Jagdgeschwader 53. Dans un rayons de 2 km autour des Me-323 chacun est à l'engagement.La minute d'après des Martlet venu du soleil me tombent dessus. Je demande un rapport de "situation" à l'ensemble du Schwarm Dora; qui est submergé. J'encaisse plusieurs fois sur l'aile droite, les ailerons ne répondent plus que difficilement à droite. chaque fois que j'essaye un lacet à droite, le nez de mon appareil s'incline et je perds de l'altitude pour le faire revenir et le stabiliser. A basse altitude je décide de monté en spirale en virage gauche. Un rapide coup d'oeil m'indique la présence de pas moins de 6 Martlet derrière moi.Heureusement pour moi le Martlet, ce pucerons des airs, semble être un adversaire beaucoup moins manœuvrable que son homologue soviétique I-16. Il ne rentre pas à l'intérieur de mes virages et comme sur son homologue soviétique mon moteur fait largement la différence.

4 d'entre eux abandonnent la spirale montante, mais deux poursuivent toujours et je ne suis plus loin de la surchauffe moteur. Je déclenche à droite, l'avion par en auto rotation immédiatement suite au dégât du première engagement, que je contre immédiatement au palonnier, piqué puis ressource plein moteur qui hurle. La manœuvre surprend les deux Martlet qui ont filés eux en chandelle tout droit! Le moteur surchauffe les indications instruments sont alarmantes mais je remonte sur eux comme une fléche. Plus prêt, encore plus prêt et à 30 M je déclenche mes armes sur le premier et à sa gauche sur le second. Chose stupéfiante; les deux en une poignée de seconde explosent comme des grenades!

Me retrouve sur la côte seul, le ciel est devenu vide. Je fais respirer mon moteur, il a tenu ,bientôt tout revient dans l'ordre à son sujet; je fais le point de navigation au dessus de Buccoli. Je demande un rapport de situation aux Dora qui sont loin maintenant et des ordres à Anton 0. Leurs combats ce poursuit en direction de la zone de parachutage. Ordre vu les dégâts de mon appareil de rentrer et de prendre un CAP discret sur Catane. Arriver sur celui-ci le ciel est vide et je demande l'autorisation de procédure d'atterrissage d'urgence. L'avion est lourd aux commandes, mais les becs d'attaques sortent à droite également ceux-ci n'étant pas endommagés.200,180 km/h en finale, 160 j'ai le manche au ventre pour la fin de finale pour touché. L'avion rebondit en trois points et oscille à chaque rebond s'affectent à droite lourdement, le train d'atterrissage très sollicité à droite tient le coup et c'est un soulagement la vitesse se dégrade; tout deux sommes sauvés et savons que l'on à eut une exceptionnelle chance aujourd'hui.

UFz Alfons Hornecker (Marseille) Dora2
Appareil Detruit
Pilote Parachute dans nos lignes
Temoignage Un des ME s ecraser en mer et une explosion d un autre avion indéterminé (surement victime de Dora1)

Encore une journée cauchemar avec ma façon de voler je m étonne d être encore en vie....
Apres le décollage nous avons retrouve les ME au dessus de la rade. Aussitôt des avions ennemies sont signalées par les autres groupes. Dora1 suivait une rotte mais au même moment au dessous les ME étaient engagées. Dora1 demande a Dora3/4 de descendre pour voir. Mais n ayant aucune réponse de la Rotte Dora1 engage le combat en plongeant vers la droite. Apres une boucle verticale très violente (voile noir) il entama une deuxième plongée ou il disparu de ma vue... Aussitôt un BF solitaire se place devant moi je supposais Dora1 ( en fait Dora3). Grave méprise j avais perdu mon leader je le compris lorsque j entendit un message d alarme et de demande d aide de Dora1 qui ne correspondait pas au statut de l avion devant moi. Je fut abattu peu apres un nouveau voile noir... Je me fit vertement sermonne par mon leader a mon retour base... mais j etais très heureux de le voir en vie malgré ma gêne. Il n y aurait pas de et si j avais fait ca ou ca (il serait encore en vie ....) mais peut etre devrais je retourner a l ecolage
Alfons Hornecker

Ufz Karl Heinzmann (Belly), Dora 3
Appareil 4 Noir, posé aérodrome à 5km au Sud de Catane, appareil RAS.
Revendication : Aucune
Témoignage : Abschluss de Ufz Andréas Waldecker sur un Martlet secteur 56-1-1

0530, décollage base Sud de Catane, rassemblement sur Dora. Prise de CAP Est avec la Staffel en montée progressive. Arrivée en 56-1-2 la situation est confuse avec plusieurs groupes constitués hors de notre Staffel, très vite Dora1 me demande de plongé, les Me323 sont engagés. Je balance les ailes pour me dégager la vue et apercevoir les agresseurs, n’étant pas assez rapide Dora1 plonge, je faits de même, je vois 2 Spit. Etant les seuls agresseurs aperçus dans la zone, je décide d’en prendre un en chasse, de multiple manœuvre s’engagent, il finira par s’échapper dans la brume. Reprise d’altitude, mon ailier m’a perdu entre temps. Il y a 4 ou 5 contacts au dessus de moi, je me replace par une spirale ascendante, j’identifie 3 Bf109, un Martlet me prend en chasse. Je me dégage par une série de Yoyo pour finir derrière mon agresseur, Dora 4 m’a rejoint. J’engage ce Martlet, une série de manœuvre pour chercher à l’abattre se poursuit. Dora4 prend le relais et l’abat, le Martlet s’écrase en mer. Zone maintenant dégagée, j’appelle Anton pour notre disponibilité. Prise de CAP au 290 en montée progressive, quelques contacts isolés aperçus en 55-2-3. Nous dépassons la base, Anton avec les Me323 sont plus au Nord. Visuel sur Dora1 en approche terrain, 3+2 contacts aperçus à 10km à l’Ouest de la base. Nous montons à 5000m. Un combat s’engage entre les contacts, Anton me demande de ne pas engager. Visuel sur 3 contacts CAP Nord dans ce secteur, visuel sur notre Flak de Catane en action. Anton, me demande de me poser, je dégage la zone et pose mon 4 noir suite à une reprise de tour de circuit, le brume épaisse du matin réduit considérablement la visu sol.

UnterOffizer Andréas Waldecker (Rosco) : Dora 4
Appareil : BF 109 G6 N° 12 Noir
Revendication : 1 Martlet AbschuB + 1 Martlet V.N.E - A.S.M
Témoignage : Aucun


05:30 Départ de la base Sud de Catane en N°4 du Schwarm DORA , cap à l'est en monté .
Le regroupement est laborieux , avec la brume matinale il est difficile de reperer les ME 323 .
Arrivé sur zone tout devient vite brouillon , il y a du monde en l'air !
Avec des ME 323 , des JU 52 et le Stab qui est lui aussi dans les parages.
Soudain ça braille à la radio , des Spit engagent les porteurs .
ALAAARMMM !!!
Nous sommes détachés avec Dora 3 pour engager les Spit .
J'ai les mains moites , il y a des contacts partout c'est de la folie içi !
Nous plongeons suivi d'une ressource , tout devient confus ( 10 secondes à 2 images /sec ) et je perds Dora 3 .
Aussitot je decide de spiraler pour regagner de l'altitude , je cherche Dora 3 sans succés , j'arrive à recoler une paire de 109 (Caesar 3 et 4 il me semble).
Dans ce cirque aérien incroyable je me retrouve séparé des Caesar puis j'apperçois 2 Martlet en fin de chandelle , j'ai un léger avantage sur eux , un coup d'oeuil autour de moi et je decide de m'inviter dans cette paire ennemie !

Je me dechaine sur l'ailier , sa gouverne est découpée nette , criblé de balles il se mets à chuter puis s'écrase .
Ayant perdu son leader de vu , je me tire de là avant d'être chassé à mon tour .
J'apperçois un 109 et regroupe sur lui , il est en chasse derrière un Martlet , il s'avère être Dora 3 .
Il se debat comme un diable pour abattre ce foutu Martlet .
Ce zingue semble être blindé plus que la normale tellement il encaisse de pruneaux !!
Les évolutions sont brutales et je fini par avoir l'avantage sur Dora 3 qui m'indique de prendre le relais .
Nous renversons la paire et poursuivons le combat .
Il nous mène la vie dure mais je fini par lui donner le coup de grace !
L'avion se coupe en deux derrière le poste de pilotage et chute en mer .
Voir le temoignage de Dora 3 .

Sur l'ordre d'Anton leader nous prenons un CAP RTB .
Retour sans problème avec quelques contacts et combats épars .
La brume me fait échouer ma première approche , la deuxième sera la bonne .
Posé pas cassé , je me gare devant le hangar ou Dora 1 est déjà stationné .

J'ai hâte de voir le kammaraden Karl Heinzmann pour lui payer une bière au mess car je lui dois ma première victoire confirmé ...

UFZ Andréas Waldecker .

Citation:
Revendications 8./Jagdgeschwader 53 :

- 2 Martlet AbschuB

- 2 P-38 Lightning AbschuB

- 5 Martlet V.N.E - A.S.M

*Auf dem Feld der Ehre getötet/Tués sur le champ d'honneur:

- Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw)


* Krankenhaus/Infirmerie:

- Unteroffizier Walter Becker(lutz)
- Unteroffizier Alfons Hornecker (Marseille)


* Materielle Verluste:

- Zerstört/Détruit à 100%: Bf 109G-6 Noir 7 Werknummer 53894
- Zerstört/Détruit à 50%: Bf 109G-6 Noir 5 Werknummer 65235
- Zerstört/Détruit à 20%: Bf 109G-6 Noir 9 Werknummer 54623
- Zerstört/Détruit à 5%: Bf 109G-6 Noir 17 Werknummer 74568

*Revendications 8./Jagdgeschwader 53 :

- Unteroffizier Fritz Dinger (Bilout): 2 P-38 Lightning AbschuB (témoin Stb Lothart Oldenburg) 1 Martlet V.N.E - A.S.M

- Stb Lothart Oldenburg (Jabs): 2 Martlet V.N.E - A.S.M

- Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy): 1 Martlet AbschuB (témoin Unteroffizier Alfons Hornecker) 1 Martlet V.N.E - A.S.M

- Unteroffizier Andréas Waldecker (Rosco): 1 Martlet AbschuB (témoin Unteroffizier Karl Heinzmann) 1 Martlet V.N.E - A.S.M

- Unteroffizier Roman Braun (Manu) : 1 Martlet V.N.E - A.S.M


Résultat AOC commun 8./Jagdgeschwader 53= 27% sur 50%= 54% sur 100%

- Hauptmann Werner Schroer (Branko)->Objectif mission 54% -> (Anton 0)= 54%

- Unteroffizier Wilhem Keller (Macil)->Objectif mission 27% -> (Bruno 1) -> 35% à son poste= 62%
- Unteroffizier Roman Braun (Manu)->Objectif mission 27% -> (Bruno 2) -> 25% à son poste + 1 P40 V.N.E - A.S.M 2% - 5% perte de son appareil = 49%

- Stabsfeldwebel Fritz Dinger (Bilout))->Objectif mission 27% -> (Ceasar 1) -> 40% à son poste + 2 P-38 abattu 10% + 1 Martlet V.N.E - A.S.M 2%= 79%
- Unteroffizier Walter Becker (Lutz)->Objectif mission 27% -> (Ceasar 2) -> 35% à son poste->lag out= 62%
- Unteroffizier Kristian Warsitz (Outlaw)->Objectif mission 27% -> (Ceasar 3) -> abattu mort= 0%
Stabsfeldwebel Lothart Oldenburg (Jabs)Objectif mission 27% -> (Ceasar 4) -> 25% à son poste (- 25% Rottenfurher abattu)-> + 2 Martlet V.N.E - A.S.M 4%= 54%

- Hauptmann Gerhard Oesau (Moldy)->Objectif mission 27% -> (Dora 1) -> 50% à son poste-> + 1 Martlet abattu 5% + 1 Martlet V.N.E - A.S.M 2%= 84%
- Unteroffizier Alfons Hornecker(Marseille))->Objectif mission 27% -> (Dora 2) -> 25% à son poste-> - 5% perte de son appareil = 47%
- Unteroffizier Karl Heinzmann (Belly)->Objectif mission 27% -> (Dora 3) -> 25% à son poste= 52%
- Unteroffizier Andréas Waldecker (Rosco)->Objectif mission 27% -> (Dora 4) -> 30% à son poste-> + 1 Martlet abattu 5% + 1 Martlet V.N.E - A.S.M 2%= 64%

































_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    De l'Histoire à la Simulation - II/JG51 - No.74 Sqdn - Salle des opérations Index du Forum -> AOC : Screenshots Gallery Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com